Grammaire générative



5. L’évolution du latin et le changement typologique

5.1. Parmi les conséquences du modèle de Principes et Paramètres, apparaît entre autres une nouvelle approche de la comparaison typologique. Le latin est pris en compte dans une série de travaux menés par Longobardi et son équipe, dans le cadre défini par Longobardi (2003) (Methods in Parametric Linguistics and Cognitive History), par exemple dans Crisma & Gianollo (2006) « Where did Romance N-raising come from ? A parallel study of parameter resetting in Latin and English ».

5.2. L’évolution vers les langues romanes constitue un domaine particulièrement important qui a donné lieu dans la dernière décennie à de nombreux travaux sur des questions centrales de la syntaxe latine. Suivant le Principe d’Inertie (Inertia principle) proposé par Longobardi, la syntaxe ne connaît pas de modification propre, mais les changements syntaxiques sont la conséquence de facteurs soit extérieurs, soit phonologiques.

a- La disparition progressive de la construction AcI au profit de quod/quia serait, selon Ferraresi & Golbach (2003), due à l’influence du grec via la Vulgate ; elles ajoutent un argument qui se trouve également chez Cecchetto & Oniga (2002) ; la disparition de l’AcI est corrélée à la modification d’un paramètre interne du latin: la disparition de la flexion riche de l’infinitif.

b- La structure du SN a été particulièrement étudiée par Gianollo (2005, 2007, 2011). Un premier changement typologique serait le développement du génitif post-nominal en latin tardif (qui est conservé en Ancien Français). Ce changement neutralise les distinctions entre les différents types de génitifs. Elle propose de corréler ce développement du génitif post-nominal à l’influence des langues en contact, grec et langues sémitiques, qui présentent cette structure.

c- Le développement d’un ordre (S)VO serait repérable, selon Polo (2005), dans le sermo cottidianus. Le corpus de Pétrone présente les mêmes variétés d’ordre des mots que le latin classique, mais 10% des exemples de VO ne reçoivent pas d’explication dans un cadre pragmatique. En rapprochant des données du hongrois, Polo fait appel à un principe général: quand l’objet est prototypique, il est antéposé; en revanche quand il est non-prototypique, à savoir marqué positivement pour les traits [+ animé, + humain, + défini], il est post-posé.



Revenir au § 4 ou Retour au plan ou Aller à la bibliographie