École d’Amsterdam



La linguistique latine telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, dans les premières décennies du XXIe siècle, développe et intègre des approches linguistiques modernes. Harm Pinkster, professeur émérite de l’Université d’Amsterdam, fait partie de ceux qui ont initié la généralisation d’une telle approche et inspiré nombre d’études menées dans cette direction. Son œuvre ainsi que celle de ses collaborateurs, élèves et successeurs peuvent être désignées sous le nom d’«Ecole d’Amsterdam». Plutôt que d’un « courant » linguistique, il s’agit d’une approche de la linguistique latine, approche qui consiste en des analyses de la langue elle-même, laissant de côté ce qui relève de la grammaire comparée et exploitant des concepts linguistiques modernes comme la valence, la théorie des actes de parole, la pragmatique. Elle a pour objectif principal d’éclairer les phénomènes de la langue latine pour en améliorer la compréhension. Les travaux de l’école d’Amsterdam se distinguent, en particulier, par une application rigoureuse des tests linguistiques permettant de dévoiler les propriétés distributionnelles de tel ou tel élément (substitution, coordination, omissibilité, etc.) et par une évaluation nuancée des données statistiques, prenant en considération les types de textes.

Au commencement, dans les années soixante, il y eut une heureuse rencontre de deux classicistes, éduqués dans la meilleure tradition de la philologie classique aux Pays-Bas, dont l’un s’est tourné vers la linguistique latine (Harm Pinkster), l’autre vers la linguistique générale (Simon C. Dik). Ils furent rejoints plus tard par Machtelt Bolkestein pour le latin et Albert Rijksbaron pour le grec.

1. La linguistique générale

Simon C. Dik a développé une théorie linguistique appelée Grammaire fonctionnelle, qui se présente comme une alternative à la grammaire générative, purement formelle, de Noam Chomsky. Il conçoit la grammaire comme un instrument de communication mettant l’accent sur le fonctionnement des constructions linguistiques. Les bases de la Grammaire fonctionnelle sont déjà posées dans sa thèse : Coordination. Its Implications for the Theory of General Linguistics, soutenue en 1968. La première version intégrale de la théorie paraît en 1978 sous le titre de Functional Grammar. Elle est suivie d’une deuxième version, The Theory of Functional Grammar, dont le premier tome est publié en 1989 et le second en 1997, à titre posthume. La Grammaire fonctionnelle fut continuée par la Functional Discourse Grammar (FDG) élaborée par Kees Hengeveld et Lachlan J. Mackenzie. Parmi les latinistes, Machtelt Bolkestein joua un rôle important dans l’interaction entre la linguistique latine et la Grammaire fonctionnelle ; en outre, Caroline Kroon et ses élèves ont contribué et contribuent au développement de la théorie de la Grammaire du Discours en étudiant des questions théoriques ou spécifiques concernant des phénomènes du discours, en particulier les références anaphoriques, les particules et les temps verbaux qui assurent la cohérence des énoncés (Kroon 1998, 2007, Adema 2008). Rutger Allan et Michel Buijs travaillent sur ces aspects en grec (Allan-Buijs).

Il convient d’ajouter que S. Dik fut l’instigateur du projet « EUROTYPE », Typology of Languages in Europe, réalisé sous la direction de Georg Bossong et Bernard Comrie (1998-2006), dont l’objectif principal était de confronter les propriétés des langues européennes dans une perspective typologique. Parmi les volumes parus, citons, par exemple, ceux d’A. Siewierska (1998) et de J. van der Auwera (1998).

2. La linguistique latine

Harm Pinkster s’est fait remarquer par sa thèse consacrée aux adverbes en latin (On Latin Adverbs, 1972), qui ouvrait une perspective nouvelle et prometteuse en syntaxe latine, s’inspirant de la linguistique moderne et contemporaine. Elle commence par un examen critique du traitement des adverbes dans les travaux traditionnels, dont elle met en évidence les points faibles. Une application des tests syntaxiques et sémantiques permet de déterminer le fonctionnement des adverbes aux différents niveaux hiérarchiques de la phrase et de proposer une nouvelle classification mieux appropriée à ces mots indéclinables.

La syntaxe et la sémantique latines

Dans les années soixante-dix, Harm Pinkster travaille sur sa syntaxe et sa sémantique latines – et, parallèlement, sur un commentaire philologique du De oratore de Cicéron, en collaboration avec A. D. Leeman (1981). Sa grammaire latine paraît en néerlandais sous le titre Latijnse syntaxis en semantiek en 1984. Elle est conçue non comme une grammaire exhaustive, mais comme une introduction aux principaux thèmes de la syntaxe et de la sémantique latines dans une approche intègrant les nouveaux apports de la linguistique moderne. Par exemple, à propos du traitement des types de phrases, du « praedicativum » (attribut facultatif), de l’ordre des constituants et de la cohésion textuelle. Comme l’auteur le dit lui-même dans la préface, cette grammaire a pour objectif principal de proposer, dans le cadre théorique de la Grammaire fonctionnelle, une description moderne du latin. Les répercussions de cet ouvrage furent très importantes : Christian Touratier étudia le néerlandais pour la consulter et plusieurs collègues entreprirent de la traduire en allemand (1988), en anglais (1990), en italien (1990) et en espagnol (1995). La traduction espagnole repose sur une version revue et complétée ; la version anglaise, qui est disponible sur internet (http://cybergreek.uchicago.edu/lss ), intègre les corrections apportées à la version espagnole.

Harm Pinkster est l’auteur de nombreux articles concernant des questions variées de grammaire latine : entre autres, la valence, la coordination, les temps et les modes, le « praedicativum », l’ordre des constituants, l’emploi de is et ille. Ils sont répertoriés sur son site: http://www.harmpinkster.nl/index.php/publications.

Harm Pinkster prépare actuellement un ouvrage complet sur le latin intitulé The Oxford Latin Syntax, dont le premier tome paraîtra dans le courant de l’année 2013.

3. Les colloques internationaux de linguistique latine

En avril 1981, Harm Pinkster invite à Amsterdam des collègues qui travaillent, comme lui, avec les concepts de la linguistique moderne afin d’aboutir à une meilleure description et compréhension des faits latins. Avec ses collègues de l’Université d’Amsterdam, Machtelt Bolkestein, Jan R. de Jong, Maria E. Hoffmann, il accueille, entre autres, les communications de Philip Baldi, Alessandra Bertocchi, Gualtiero Calboli, Paulo de Carvalho, Robert Coleman, Huguette Fugier, François Hoff, Mirka Maraldi, Christian Lehmann, Anna Orlandini, Christian Touratier. Ce fut le premier colloque international de linguistique latine, qui initia une série de colloques biennaux prestigieux, qui se sont déroulés, depuis cette date, sans interruption dans diverses universités européennes (ainsi qu’à Jérusalem). Ces colloques furent fondamentaux dans la constitution d’une linguistique latine appliquant les méthodes de la linguistique contemporaine et très fructueux grâce aux échanges scientifiques qu’ils ont permis entre les latinistes linguistes des différents pays.

4. Machtelt Bolkestein

Machtelt Bolkestein était active dans le domaine de la linguistique latine et dans celui de la linguistique générale, à laquelle elle apporta des contributions significatives. Comme S. Dik, elle a une approche fonctionnelle de la langue, qu’elle considère avant tout comme un instrument de l’interaction sociale entre les êtres humains, instrument utilisé pour établir des rapports communicatifs ; au linguiste d’élucider « comment les éléments de langue fonctionnent ».

Ses travaux ne se concentrent pas sur une ou deux questions particulières, mais se distinguent au contraire par une grande diversité. Tout d’abord, elle salua (Bolkestein 1977) la parution de l’ouvrage de H. Happ (1976) sur la valence verbale en latin en l’accompagnant de remarques critiques importantes. L’application du concept de valence au latin, pour laquelle avait plaidé en premier W. Dressler (1970), s’avéra de première importance dans les années qui suivirent.

Les contributions à la linguistique latine faites par M. Bolkestein concernent plusieurs sujets. Tout d’abord, elle rédigea une thèse sur la description du fonctionnement des verbes modaux en latin (1980). Elle se concentra ensuite sur les problèmes des « prédications emboîtées » (angl. embedded predications) : les propositions infinitives (1976), la construction ab urbe condita (1981), pour laquelle elle retient la « factualité » comme trait caractéristique. La démarche adoptée recourt à des tests linguistiques permettant de dévoiler les propriétés distributionnelles de telle ou telle construction (substitution, omissibilité, etc.). Dans cet ordre d’idées, il convient de mentionner son étude sur la distribution des datifs et des génitifs possessifs (1983). Un autre domaine auquel M. Bolkestein s’est intéressée de près est celui des phénomènes liés à l’organisation textuelle : l’anaphore et la distribution des éléments anaphoriques (is, hic, ille, et ce qu’elle appelle « l’anaphore zéro », c.-à-d. une relation anaphorique qui n’est pas exprimée par un lexème) dans différents types de textes ainsi que la nature et la continuité ou la discontinuité des référents (2000). Les questions relatives à l’organisation du texte conduisent tout naturellement à des considérations sur l’ordre des constituants (voir infra).

La bibliographie complète de M. Bolkestein se trouve dans M. Bolkestein et al. (2002) et la présentation de ses contributions à la linguistique latine, dans H. Pinkster (2005).

5. Les particules

Parmi les domaines de recherche abordés par l’école d’Amsterdam, celui des « particules » latines mérite une attention particulière, dans la mesure où il fut exhaustivement traité. Le terme angl. particule (qu’on traduit souvent par suite d’un calque sémantique par fr. particule) est ici à entendre au sens de « mots non fléchis qui n’appartiennent ni à la catégorie des adverbes, ni à celle des prépositions ».

La thèse de Caroline Kroon (1995) consacrée aux particules latines nam, enim, autem, uero et at a renouvelé le traitement de ce que l’on désigne traditionnellement par conjonctions de coordination. En renouant avec H. Pinkster (1972), qui avait montré que les conjonctions, les connecteurs et les adverbes de phrase ont un comportement syntaxique et sémantique distinct, C. Kroon adopta une analyse selon les niveaux hiérarchiques auxquels les particules opèrent. Elle établit une distinction entre :

1. le niveau représentationnel, qui concerne les relations sémantiques entre les propositions ; les particules marquant de tels rapports sémantiques sont, par exemple, aut et tamen ;

2. le niveau présentationnel, qui concerne les relations entre deux éléments exprimés dans le texte ; les particules assumant cette fonction sont appelés les « marqueurs du discours » (angl. discourse markers): il s’agit de nam, igitur ;

3. le niveau interactionnel, qui concerne les inférences extratextuelles ; certaines particules font, en effet, référence au consensus entre le locuteur et l’interlocuteur, telles enim, ergo.

Ce cadre théorique fut adopté par Josine Schrickx (2011), qui examina dans la même perspective les particules nempe, quippe, scilicet, uidelicet et nimirum, appelées adverbes modaux. À l’exception de quippe, qui fonctionne au niveau présentationnel en exprimant les rapports sémantiques entre deux éléments effectivement exprimés dans le texte, les autres particules modales se situent au niveau interactionnel. Elles marquent l’engagement (angl. commitment) du locuteur vis-à-vis du contenu énoncé, engagement qui peut avoir des degrés variés (certitude, probabilité, évidentialité). En outre, dans les chapitres 14 et 15, J. Schrickx présente une bonne synthèse des particules modales latines et de leurs propriétés caractéristiques.

Si l’on ajoute l’étude de H. Rosén (2009) et des études ponctuelles consacrées à des particules particulières, en particulier R. Risselada (1998) sur sane, B. Krylová (2003) sur ergo, O. Spevak (2006) sur tamen, le tableau des particules latines est complet. En outre, une bonne synthèse se lit dans C. Kroon (2011).

Pour une bibliographie assez complète concernant les mots invariables latins, « Bibliography of Latin Invariables / Particles », voir hhttp://latinparticles.userweb.mwn.de/.

6. Les actes de parole : les expressions directives

Rodie Risselada (1993) eut le mérite de contribuer à la théorie des actes de parole en étudiant les formes linguistiques que revêtent les actes de parole directifs comme l’ordre, la requête, le conseil, l’offre, la suggestion, etc. En effet, ces formes linguistiques ne correspondent pas à un seul mode verbal, mais recouvrent les impératifs, les subjonctifs, les indicatifs futurs ainsi que diverses expressions lexicales. Les paramètres comme le type de texte (dialogue de la comédie, lettres) ou la fonction de ces moyens linguistiques dans l’énoncé sont de primière importance. La nécessité d’une analyse complexe qui prenne en considération à la fois les actes de parole, la structure du discours et les rapports sociaux entre le locuteur et l’interlocuteur ressort assez nettement de son étude d’un passage de l’Asinaria de Plaute (Risselada 2004).

7. L’ordre des constituants

Une approche pragmatique de l’ordre des constituants en latin, dans une perspective fonctionnelle, fut abordée par J. de Jong et par H. Pinkster dans Latijnse syntaxis en semantiek (1984), parallèlement à l’étude de D. Panhuis (1982), qui adopta la perspective communicative de l’Ecole de Prague. À la différence de la perspective communicative, qui travaille avec le concept de dynamisme communicatif (croissance de l’apport informatif), la perspective fonctionnelle met en œuvre les fonctions pragmatiques de Topique « ce dont on parle » et de Focus « l’élément saillant sur le plan pragmatique », ces deux termes français provenant respectivement d’un calque sémantique des termes anglais d’origine: angl. Topic, Focus. À ces deux fonctions essentielles s’ajoutent la fonction de Thème « élément disloqué à gauche » et celle de Queue (calque sémantique de angl. Tail) au sens de « élément disloqué à droite ». Un grand nombre d’études fut consacré à la question de l’ordre des constituants, qui est d’une grande complexité. On analysa l’ordre des éléments qui constituent un syntagme nominal simple (de Jong 1983) et un syntagme nominal complexe (Bolkestein 1998a), la place du sujet (de Jong 1989), l’ordre verbe – sujet (Bolkestein 1995), à quoi il convient d’ajouter les phrases présentatives (Rosén 1998), la typologie des éléments disloqués à gauche (Hoffmann 1989 et Cabrillana 1999), la disjonction (Bolkestein 2001). En outre, M. Bolkestein apporta des contributions d’ordre théorique sur l’évaluation de l’information pragmatique et sur les fonctions de Topique et de Focus (Bolkestein 1998b).

Si les examens ponctuels n’aboutirent pas immédiatement à une étude synthétique de l’ordre des mots en latin, la situation était différente pour le grec ancien: la thèse de Helma Dik (1995) représente une étude de l’ordre des mots chez Hérodote dans une perspective fonctionnelle. Pour le latin, cette approche fut adoptée par Olga Spevak (2010), qui examina la place des actants dans différents types de phrases dans la prose latine classique. Une étude détaillée sur le syntagme nominal est à paraître.

L’école d’Amsterdam inspira aussi d’autres latinistes dans d’autres pays européens, en particulier en Espagne : Esperanza Torrego, Jesús della Villa, Conceptión Cabrillana, et en Allemagne : Roland Hoffmann, Friedrich Heberlein.

8. La linguistique grecque

Bien que les travaux des hellénistes néerlandais aient une moindre extension que ceux des latinistes, il importe de mentionner le cercle qui s’est constitué autour d’Albert Rijksbaron, dont le domaine principal est la syntaxe et la sémantique du verbe grec (Rijksbaron 19941, 20063). Parmi les études les plus remarquables, on peut citer les propositions conditionnelles par Gerry Wakker (1994), l’ordre des constituants chez Hérodote par Helma Dik (1995) et, récemment, le syntagme nominal en grec par Stéphanie Bakker (2009). Les hellénistes s’intéressent au fonctionnement des particules grecques, ainsi qu’en témoignent de nombreux travaux comme l’ouvrage dirigé par Rijksbaron (éd.) (1997), et étudient également d’autres moyens contribuant à la cohérence du discours (Allan 2009).1)



Bibliographie

ADEMA Suzanne, 2008 : Discourse Modes and Bases. A Study of the Use of Tenses in Vergil’s Aeneid, thèse, VU University, Amsterdam.

ALLAN Rutger J., 2009 : « Towards a typology of the narrative modes in Ancient Greek text types and narrative structure in the messenger speeches of Euripides. Discourse cohesion in Ancient Greek », in Discourse Cohesion in Greek, S. Bakker & G. Wakker (éds.), Leiden/Boston: Brill,

ALLAN Rutger J., BUIJS Michel (éds.), 2007 : The Language of Literature : Linguistic Approaches to Classical Texts, Leiden, Brill.

AUWERA Johan van der, 1998 : Adverbial Constructions in the Languages of Europe, Berlin, Mouton de Gruyter.

BAKKER Stéphanie, 2009 : The Noun Phrase in Ancient Greek : A Functional Analysis of the Order and Articulation of NP Constituents in Herodotus, Leiden, Brill.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1976 : « AcI and ut clauses with verba dicendi in Latin », Glotta 54, 263-291.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1977 : « Review of Happ (1976) », Kratylos 21, 137-146.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1980 : Problems in the Description of Modal Verbs. An Investigation of Latin, Assen, van Gorcum.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1981 : « Factitivity as a condition for an optional expression rule in Latin : the ‘Ab urbe condita ’ construction and its underlying representation », in Predication and expression in functional grammar, M. Bolkestein et al. (éd.), London / New York, Academic Press, 206-233.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1983 : « Genitive and dative possessors in Latin », inAdvances in Functional Grammar, S. C. Dik (éd.), Dordrecht, 55-91.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1995 : « Functions of Verb-Subject Order in Latin », Sprachtypologie und Universalienforschung 48, 1-2, 32-43.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1998a : « What to do with Topic and Focus? Evaluating Pragmatic Information », in Functional Grammar and Verbal Interaction, M. Hannay and A. M. Bolkestein (éds.), Amsterdam/Philadelphia, 193-214.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 1998b : « Word Order Variation in Complex Noun Phrases in Classical Latin », in Estudios de lingüística latina , B. García-Hernández (éd.), Madrid, Ediciones Clásicas, 185-202.

BOLKESTEIN A. Machtelt, 2000 : « Discourse Organization and Anaphora in Latin », in Textual Parameters in Older Languages , S. C. Herring et al. (éds.), Amsterdam / Philadelphia, 107-137.

BOLKESTEIN A. Machtelt. 2001. « Random Scrambling? Constraints on Discontinuity in Latin Noun Phrases », in De lingua Latina novae quaestiones : actes du XeColloque international de Linguistique latine, Paris-Sèvres, 19-23 avril 1999, C. Moussy (éd), Leuven / Paris, Peeters, 245-258.

BOLKESTEIN Machtelt et al. (éds.), 2002 : Theory and Description in Latin Linguistics. Selected Papers from the 11th International Colloquium on Latin Linguistics, Amsterdam, Brill.

CABRILLANA Concepción, 1999 : « On the Integration of Theme Constituents in the Predication in Latin », Euphrosyne 27, 417-427.

DIK Simon C., 1978 : Functional Grammar, Amsterdam, New York, London, North-Holland.

DIK Simon C., 1989-1997 : The Theory of Functional Grammar, Berlin/New York, Mouton de Gruyter.

DIK Helma, 1995 : Word Order in Ancient Greek. A Pragmatic Account of Word Order Variation in Herodotus, Amsterdam, Gieben.

DRESSLER Wolfgang, 1970 : « Comment décrire la syntaxe des cas en latin ? », Revue de philologie 44, 25-36.

HAPP Heinz, 1976 : Grundfragen einer Dependenz-Grammatik des Lateinischen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

HOFFMANN Maria E., 1989 : « A Typology of Latin Theme constituents », i n Actes du VeColloque de Linguistique latine, Louvain-la-Neuve/Borzée, 31 mars – 4 avril 1989, M. Lavency & D. Longrée (éds.), Louvain-La-Neuve: Institut de linguistique de Louvain, 185-196.

JONG Jan R. de, 1983 : « Word Order within Latin Noun Phrases » , in Latin Linguistics and Linguistic Theory, H. Pinkster (éd.), Amsterdam, J. Benjamins, 131-144.

JONG Jan R. de, 1989 : « The position of the Latin subject », in Subordination and Other Topics in Latin. Proceedings of the 3rd colloquium on Latin Linguistics, Bologna 1-5 April 1985, G. Calboli (éd.), Amsterdam, Benjamins, 521-540.

KROON Caroline, 1995 : Discourse Particles in Latin : A Study of nam, enim, autem, vero and at, Amsterdam, Gieben.

KROON Caroline, 1998 : « Discourse particles, tense, and the structure of Latin narrative texts », in Latin in Use, R. Risselada (éd.), Amsterdam, Gieben, 37-62.

KROON Caroline, 2007 : « Discourse modes and the use of tenses in Ovid’s Metamorphoses », in The Language of Literature. Linguistic Approaches to Classical Texts, R. J. Allan & M. Buijs (éds.), Leiden, Brill, 65-92.

KROON Caroline, 2011 : « Latin particles and the Grammar of Discourse », in A Companion to the Latin Language, J. Clackson (éd.), Oxford, Wiley-Blackwell, 176-195.

KRYLOVÁ Barbora, 2003 : « Ergo als Konsensus-Partikel in lateinischen narrativen Texten. Eine Untersuchung an Prosatexten historischer Thematik von Caesar bis Sueton », Graecolatina Pragensia 18 , 63-94.

PANHUIS Dirk G. J., 1982 : The Communicative Perspective in the Sentence. A Study of Latin Word Order , Amsterdam, J. Benjamins.

PINKSTER Harm, 1972 : On Latin Adverbs, Amsterdam, North-Holland.

PINKSTER Harm, 1984 : Latijnse syntaxis en semantiek, Amsterdam, Grüner ; 1988 : Lateinische Syntax und Semantik, Tübingen, Francke ; 1990 : Latin Syntax and Semantics, London, Routledge http://cybergreek.uchicago.edu/lss/; 1991 : Sintassi e Semantica Latina, Torino, Rosenberg & Sellier ; 1995 : Sintaxis y Semántica del Latín, Madrid, Ediciones Clásicas.

PINKSTER Harm, 2005 : « Latin linguistics in Machtelt’s way », in Lingua latina! : Proceedings of the Twelfth International Colloquium on Latin Linguistics, G. Calboli (éd.) Bologna 2003, Roma, Herder, I, 1-11, http://www.harmpinkster.nl/files/articles/Machtelt.pdf

RIJKSBARON Albert (éd.), 1997 : New Approaches to Greek Particles : Proceedings of the Colloquium Held in Amsterdam, January 4-6, 1996,to Honour C. J. Ruijgh on the Occasion of his Retirement, Amsterdam, Gieben.

RIJKSBARON Albert, 20063 (19941) :The Syntax and Semantics of the Verb in Classical Greek : An Introduction, Chicago, University of Chicago Press.

RISSELADA Rodie, 1993 : Imperatives and Other Directive Expressions in Latin : A Study in the Pragmatics of a Dead Language, Amsterdam, Gieben.

RISSELADA Rodie, 1994 : « Modo and sane, or what to do with particles in Latin directives », in Linguistic Studies on Latin. Selected Papers from the 6th International Colloquium on Latin Linguistics (Budapest, 23–27 March 1991) , J. Herman (éd.), Amsterdam, J. Benjamins, 319-42.

RISSELADA Rodie, 1998 : « The discourse functions of sane : Latin marker of agreement in description, interaction and concession », Journal of Pragmatics 30, 2, 225-244.

RISSELADA Rodie, 2004 : « Actes de langage et rapports sociaux : les directifs dans Plaute, Asinaria649-732 », in Registros lingüísticos en las lenguas clásicas, A. López Eire & A. Ramos Guerreira (éds.), Salamanca, University Press, 269-290.

ROSÉN Hannah, 1998 : « Latin Presentative Sentences », in Estudios de lingüística latina. Actas del IX coloquio internacional de lingüística latina, Universidad autónoma de Madrid, 14-18 de abril de 1997 , B. García-Hernández (éd.), Madrid, Ediciones Clásicas. 723-742.

ROSÉN Hannah, 2009 : « Coherence, sentence modification, and sentence-part modification : The contribution of particles », in Ph. Baldi & P. Cuzzolin (éds.), New Perspectives on Historical Latin Syntax, Berlin, Mouton de Gruyter, 317-441.

SCHRICKX Josine 2011 : Lateinische Modalpartikeln : nempe, quippe, scilicet, videlicet und nimirum , Leiden, Brill.

SIEWIERSKA Anna 1998 : Constituent Order in the Languages of Europe, Berlin, Mouton de Gruyter.

SPEVAK Olga, 2006 : Tamen. Essai d’une description syntaxique , Glotta 82: 221-248.

SPEVAK Olga, 2010 : Constituent Order in Classical Latin Prose, Amsterdam, J. Benjamins.

SPEVAK Olga (à paraître) : The Noun Phrase in Classical Latin Prose.

WAKKER Gerry, 1994 : Conditions and Conditionals : An Investigation of Ancient Greek, Amsterdam, Gieben.

Sites internet :

www.functionalgrammar.com

www.functionaldiscoursegrammar.info

Bibliography of Latin invariables / particles » : http://latinparticles.userweb.mwn.de/

http://www.harmpinkster.nl


Rédaction : Olga SPEVAK

Révision : Michèle FRUYT, Peggy LECAUDE

























1) Olga Spevak tient à remercier Caroline Kroon, Harm Pinkster et Rodie Risselada pour leurs remarques et suggestions fort utiles pour la rédaction du présent article.