Le vocabulaire de la mémoire

en latin préclassique et classique

Jean-François THOMAS



0. Introduction

L’ouvrage de Catherine Baroin (2010) constitue une contribution importante à l’étude de la mémoire à Rome, de ses formes comme de ses fonctions, mais il ne fait pas une large place à l’analyse sémantique. Or le champ lexical est assez fourni. Il comporte un verbe central memini, auquel est lié le verbe reminiscor, un substantif concret monumentum, un substantif plus abstrait memoria, des adjectifs memor et memorabilis, eux-mêmes à la base des dérivés verbaux memorare et son préverbé commemorare, à quoi s’ajoutent le verbe recordari et le substantif suffixé en -tio qui en est dérivé : recordatio.

Varron établit des liens entre plusieurs de ces termes :

  • Varr. L.L. 6, 44 et 49 :
    Sic reminisci, cum ea quae tenuit mens ac memoria cogitando repetuntur. … Ab eadem mente meminisse dictum, … quae (= memoria) a manendo, ut manimoria, potest essse dicta … Ab eodem monere, quod is qui monet proinde sit ac memoria ; sic monimenta, quae in sepulcris et ideo secundum uiam, quo praetereuntis admoneant ….
    « De même reminisci (se rappeler), quand on rappelle par la pensée (cogitando) ce qu’ont retenu l’intelligence (mens) et la mémoire (memoria) … C’est encore à partir de mens que l’on a dit meminisse (se souvenir) … La mémoire peut avoir été appelée d’après manere (rester), quelque chose comme manimoria. Même origine pour monere, parce que celui qui rappelle joue en quelque sorte le rôle de la mémoire ; il en va de même pour les « rappels » (monimenta) placés sur les tombeaux et qui bordent la route pour rappeler aux passants … » (trad. P. Flobert)

Les rapprochements étymologiques se fondent sur la forme phonique et sur les liens entre les notions (travail de l’esprit, permanence de la mémoire et du souvenir), mais plusieurs de ces explications ne sont, bien sûr, pas acceptables pour la linguistique moderne. Indépendamment des questions d’origine, ce que recherche l’analyse sémantique, c’est une description des emplois qui illustre les représentations de la mémoire (memoria, meminisse, recordari) et de son support (monumentum). La présente étude, qui se concentre sur les périodes préclassique et classique (de Plaute à Tite-Live et Virgile), laisse de côté plusieurs termes (memor, memorabilis, memorare, commemorare).

Retour au plan ou Aller au §1