Couleur et Végétation : flōs, flāuus

Alain CHRISTOL (Université de Rouen)



3. Grec χλωρός

Pour l’étymologie de flāuus, le DELL mentionne à la fois gr. χλωρός et v.-isl. blár « bleu », tout en montrant que le sens plaide plutôt pour χλωρός (i.-e. *ghelH3-) et la forme pour blár (*bhelH).

L’adjectif grec se situe dans la zone centrale du jaune-vert :

  • « Si osserverà come l’indoeur. *ghel- dia luogo a formazioni classificabili in tre gruppi di termini : i primi recanti una nozione de splendore o ardore, i secondi di giallo-verde, gli altri dei singoli colori giallo o verde… [p. 123] Alle soglie di quest’ ultimo stadio sembra trovarsi χλωρός nel suo uso piu tardo… Il dato concreto attraverso il quale χλωρός a determinato il suo valore coloristico è rappresentato da oggetti di colore giallo-verde quali il germoglio o l’erba tenera, χλόη (da indoeur. *ghlou- cf. lat. helvus) e l’usignolo… » (d’Avino 1958, 122)

3.1. Le sang χλωρόν

Si le sang correspond normalement à gr. μέλας1), χλωρός est employé pour le sang de Polyxène et celui d’Héraklès, au moment de leur mort :

  • Eur., Héc. 127 :
    τὸν Αχίλλειoν τύμβoν στεφανoῦν αἵματι χλωρῷ
    « couronner le tombeau d’Achille d’un sang (encore) vert. »

Les scholies glosent χλωρός par νέoς, en se fondant sur l’âge de Polyxène ; mais une telle explication ne vaut pas pour le sang d’Héraklès. Faut-il, avec L. Méridier (CUF, p. 186, note) et d’autres, comprendre cette glose comme signifiant « jeune et vigoureux »? Ne doit-on pas préférer « encore vert » ? La jeune fille n’a pas encore atteint l’âge où le sang prend toute sa couleur. Chacun peut observer que la chair des jeunes animaux est plus claire que celle des adultes. La ‘verdeur’ du sang ici est liée à l’âge ‘tendre’.

  • Soph., Trach. 1055-1056 :
    ἐκ δὲ χλωρὸν αἷμά μoυ/ πέπωκεν ἤδη
    « (la tunique empoisonnée) a déjà bu tout mon sang vert. »

P. Mazon (CUF, 1955) traduit « sang frais ». Irwin (1974, 74-75) explique χλωρός par la vitalité d’Héraklès. Mais la mort est causée par la corruption du sang et on peut aussi penser que l’épithète est liée au changement de couleur du sang que le poison « verdit ».

3.2. Grec χλόη « verdure »

Le mot χλόη attesté depuis Hérodote et les Tragiques signifie « verdure nouvelle » :

  • Xen., Oec. 17, 10 :
    χλόης γενoμένης ἀπὸ τoῦ σπέρματoς
    « (Si tu fais un second labour) au moment où les jeunes pousses sortent des semences… »

Χλόη (< *χλόϜη ; ion. χλoίη, peut-être sous l’influence de πoίη = att. πόα « herbe, herbage ») est rattaché à *ghel-, comme χλωρός. Mais le détail de la dérivation reste peu clair ; χλόη appartient à un « vaste groupe qui se ramène mal à l’unité, la difficulté étant de cerner l’unité première : éclat, couleur vert-jaune, vitalité ? » (DELG , p. 1264)2).

Les sens que retient d’Avino (cité au § 3), éclat et vitalité d’un côté, couleur jaune-vert de l’autre, caractérisent la végétation naissante.

On retrouve la relation sémantique qui unit χλόη et χλωρός dans les langues turques, où yaş « frais, humide, vert », qui qualifie la jeune végétation, a un dérivé yäşil « vert »3).

La dérivation inverse est bien attestée, qui passe de la couleur à la végétation : fr. vert → verdure, it. verde → verdura « légumes », pers. sabz « vert » → sabzî « légumes », etc. En arménien, dalar (< *dhal-ro ; gr. θαλερός) signifie « humide, vert » et le dérivé dalari traduit gr. χλόη4).


Aller au §2 ou Retour au plan ou Aller au §4

1) Depuis Homère : voir CHRISTOL 2002, 37.
2) Voir CEG 9, p. 175 (Ch. de LAMBERTERIE).
3) BAZIN (1991, 55-57). Comme fr. printemps, turc yaş signifie aussi « année d’âge ».
4) HAMP (1984) ; de LAMBERTERIE (1990, 654).