Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:quaerere7 [2013/01/05 11:14]
lestrade
dictionnaire:quaerere7 [2015/09/03 13:49] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">quaero, is, ĕre</div></html> +<html><class="lestitres">quaero, is, ĕre</p></html><html><center><big><big>(verbe)</big></big></center></html>  
- +\\
 ---- ----
 +\\
  
 ====== 7. Descendance du lexème ====== ====== 7. Descendance du lexème ======
Ligne 14: Ligne 13:
  
  
-Parmi les continuateurs romans de lat. //quaerere//, on trouve :+Parmi les continuateurs romans de lat. //quaerere//, on trouve((Cf. DÉRom : http://www.atilf.fr/DERom/ s. v.)) :
  
  
--roum. //a cere //; +- roum. //a cere //; 
  
  
--it. //chiedere//, avec dissimilation //r – r// > //d – r// (cf. //DELI//, //s.u.//) ; +- it. //chiedere//, avec dissimilation //r – r// > //d – r// (cf. //DELI//, //s.u.//) ; 
  
  
--anc.-fr. //querre//, fr. //quérir // (avec changement de conjugaison) ; +- anc.-fr. //querre//, fr. //quérir//
  
  
--esp. //querer//, por. //querer //; +==== 7.1.2. Sémantique ====
- +
- +
-// +
-+
-//  +
-logoud.  +
-// +
-kerrere. +
-//  +
- +
- +
-7.1.2. Sémantique+
  
  
Ligne 44: Ligne 31:
  
  
-Le roumain//// (//a cere//) et l’italien (//chiedere//  +Le roumain//// (//a cere//) et l’italien (//chiedere//((Ce verbe peut signifier « demander » dans des constructions comme //chiedere di qualcuno//. Cependant, comme le roumain et l’espagnol, qui dissocient lexicalement les sens de « demander » et « interroger », //chiedere// est substitué dans la dernière valeur par //domandare//. Selon <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#E. COSERIU (1977, 154)">E. COSERIU (1977, 154)</a></html>, la polysémie du fr. //demander// et it. //domandare // (qui, en outre de « poser une question » peut aussi signifier « demander ») a été causée para l’influence du grec sur le latin vulgaire. Sur l’évolution de //demandare// (« donner ») jusqu’au champ sémantique de la « directivité » (« demander »), cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#L. UNCETA (2012)">L. UNCETA (2012)</a></html>.))) ont développé le sens « demander », que le latin possédait seulement de manière marginale et avec un sujet inanimé (cf. [[quaerere4detaille#D. À propos d’êtres inanimés : « requérir, être nécessaire »|4.2.D]])((Les analogies entre « demande » et « question » (cf. [[quaerere5#5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes|§ 5.4]]) expliquent l’évolution sémasiologique « poser une question » > « demander », semblable, en plus, à celle de //rogare// en Latin (cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#L. UNCETA, 2005">L. UNCETA, 2005</a></html>) et //demandare// dans son passage du Latin au roman (fr. //demander//, it. //domandare//).)).
-[[ +
- +
- +
-[1] +
- +
- +
-]]  +
-) ont développé le sens « demander », que le latin possédait seulement de manière marginale et avec un sujet inanimé (cf. [[4.2.D]])[[ +
- +
- +
-[2] +
- +
- +
-]].+
  
  
Ligne 64: Ligne 37:
  
  
-Dans le territoire ibérique, le résultat (esp. et port. //querer// [[+Dans le territoire ibérique, le résultat (esp. et port. //querer//((Et aussi le logoudorien //kerrere// (<html><a href=":dictionnaire:quaerere8#H.W. KLEIN, 1961, 151">H.W. KLEIN, 1961, 151</a></html>).)) a subi un intéressant changement sémantique, puisqu’il s’est substitué aux héritiers du latin //uelle//((J. COROMINAS // ([[DCECH]] // , //s.u.//) n’hésite pas à faire remonter le changement au latin tardif parlé de bas niveau de langue, bien qu’il reconnaisse que //quaerere // ne devait pas être employé alors comme synonyme de //uelle//. On peut constater la disparition de //uelle// même dans les formations adverbiales dans lesquelles il apparaît comme élément de composition (//qualquier// [//a//], //doquiera//, //cuandoquiera//, //comoquiera//, à l’exception de //sivuelqual// et //sivuelquando//, que l’on ne trouve que chez Berceo), dans l’adverbe //siquiera// et dans la conjonction //quier//, calque du lat. //uel// // ([[DCECH]] // , //s.u.//). En catalan, au contraire, bien qu’il soit documenté assez fréquemment comme renforcement combiné avec //voler// (« ta amistat que yo no **vull** ne **quir** », //Amic e Melis//, //NCl//. xlviii, 133,1), il semble déjà désuet vers le XV<sup>e</sup> siècle // ([[DECLC]] // , //s.u.//). Sur l’origine du signifié affectif de port. et esp. //querer// (« aimer »), fondé sur //bene uelle//, cf. <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#H.-W. KLEIN (1961, 152-155)">H.-W. KLEIN (1961, 152-155)</a></html> et <html><a href=":dictionnaire:quaerere8#E. COSERIU (1977, 161-163)">E. COSERIU (1977, 161-163)</a></html>.)) dans le sens de « vouloir », alors que //uelle// a survécu dans le domaine central (fr. //vouloir//, cat. //voler//, it. //vollere//)((<html><a href=":dictionnaire:quaerere8#J.M. ANGUITA (2010)">J.M. ANGUITA (2010)</a></html> a récemment proposé l’idée que la disparition de //uelle// pourrait avoir eu son origine dans la zone galaïco-portugaise et serait une conséquence de la réduction de son volume phonique après la perte de -//l//- entre voyelles (phénomène caractéristique de ce domaine et limité à lui). Sa présence hors de cette zone géographique, dans les langues castillanes-léonaises, s’expliquerait comme un emprunt linguistique originaire de Galice. 
 +)).
  
  
-[3]+Le signifié « chercher » est pris en charge par les héritiers romans de //circare// (outre le fr. //chercher//, on trouve it. //circare//, log. //kirkare//, prov. //cercar//, cat. //cercar//) dans le centre, et par //buscar// en esp. et port., d’étymologie inconnue ; cependant, d’après un travail récent (<html><a href=":dictionnaire:quaerere8#J.M. ANGUITA, 2007">J.M. ANGUITA, 2007</a></html>), il semble que l’on puisse le mettre en relation avec le lat. //poscere//, dont le résultat roman pourrait être entré en collision homonymique avec //boscare// / //buscare// (« récolter du bois »), verbe dénominatif de //busca//, « bois », emprunté à une langue plus septentrionale et parvenu dans la région située au nord-est de la péninsule ibérique durant le XI<sup>e</sup>siècle. 
  
  
-]] ) a subi un intéressant changement sémantique, puisqu’il s’est substitué aux héritiers du latin //uelle// [[ +===== 7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes =====
- +
- +
-[4] +
- +
- +
-]] dans le sens de « vouloir », alors que //uelle// a survécu dans le domaine central ( +
- +
- +
-fr. //vouloir//, cat. //voler//, it. //vollere//)[[ +
- +
- +
-[5] +
- +
- +
-]]. +
- +
- +
-Le signifié « chercher » est pris en charge par les héritiers romans de //circare//  +
- +
- +
-(outre le fr. //chercher//, on trouve it. //circare//, log. //kirkare//, prov. //cercar//, cat. //cercar//) dans le centre, et par //buscar// en esp. et port., d’étymologie inconnue ; cependant, d’après un travail récent (J.M. ANGUITA, 2007), il semble que l’on puisse le mettre en relation avec le lat. //poscere//, dont le résultat roman pourrait être entré en collision homonymique avec //boscare// / //buscare// (« récolter du bois »), verbe dénominatif de //busca//, « bois », emprunté à une langue plus septentrionale et parvenu dans la région située au nord-est de la péninsule ibérique durant le XI<sup>e</sup>siècle.  +
- +
- +
-7.2. __Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes__ +
  
  
 \\ \\
  
- +[[:dictionnaire:quaerere6|Revenir au § 6]] ou [[:dictionnaire:quaerere|Revenir au plan]] ou [[:dictionnaire:quaerere8|Aller au § 8]]
-----[1] +
- +
- +
-Ce verbe peut signifier « demander » dans des constructions comme //chiedere di qualcuno//. Cependant, comme le roumain et l’espagnol, qui dissocient lexicalement les sens de « demander » et « interroger », //chiedere// est substitué dans la dernière valeur par //domandare//. Selon E. COSERIU (1977, 154), la polysémie du fr. //demander// et it. //domandare // (qui, en outre de « poser une question » peut aussi signifier « demander ») a été causée para l’influence du grec sur le latin vulgaire. Sur l’évolution de //demandare// (« donner ») jusqu’au champ sémantique de la « directivité » (« demander »), cf. L. UNCETA (2012). +
- +
- +
-[[ +
- +
- +
-[2] +
- +
- +
-]]  +
-Les analogies entre « demande » et « question » (cf. [[§ 5.4]]) expliquent l’évolution sémasiologique « poser une question » > « demander », semblable, en plus, à celle de //rogare// en Latin (cf. L. UNCETA, 2005) et //demandare// dans son passage du Latin au roman (fr. //demander//, it. //domandare//). +
- +
- +
-[[ +
- +
- +
-[3] +
- +
- +
-]]  +
-Et aussi le logoudorien //kerrere// (H.W. KLEIN, 1961, 151). +
- +
- +
-[[ +
- +
- +
-[4] +
- +
- +
-]]  +
-J. COROMINAS ([[//DCECH//]], //s.u.//) n’hésite pas à faire remonter le changement au latin tardif parlé de bas niveau de langue, bien qu’il reconnaisse que //quaerere // ne devait pas être employé alors comme synonyme de //uelle//. On peut constater la disparition de //uelle// même dans les formations adverbiales dans lesquelles il apparaît comme élément de composition (//qualquier// [//a//], //doquiera//, //cuandoquiera//, //comoquiera//, à l’exception de //sivuelqual// et //sivuelquando//, que l’on ne trouve que chez Berceo), dans l’adverbe //siquiera// et dans la conjonction //quier//, calque du lat. //uel// ([[//DCECH//]], //s.u.//). En catalan, au contraire, bien qu’il soit documenté assez fréquemment comme renforcement combiné avec //voler// (« ta amistat que yo no **vull** ne **quir** », //Amic e Melis//, //NCl//.  +
- +
- +
-xlviii +
- +
- +
-, 133,1), il semble déjà désuet vers le  +
- +
- +
-XV +
-<sup> +
-+
-</sup> +
-siècle ([[//DECLC//]], //s.u.//). Sur l’origine du signifié affectif de port. et esp. //querer// (« aimer »), fondé sur //bene uelle//, cf. H.-W. KLEIN (1961, 152-155) et E. COSERIU (1977, 161-163). +
- +
- +
-[[ +
- +
- +
-[5] +
- +
- +
-]]  +
-J.M. ANGUITA (2010) a récemment proposé l’idée que la disparition de //uelle// pourrait avoir eu son origine dans la zone galaïco-portugaise et serait une conséquence de la réduction de son volume phonique après la perte de -//l//- entre voyelles (phénomène caractéristique de ce domaine et limité à lui). Sa présence hors de cette zone géographique, dans les langues castillanes-léonaises, s’expliquerait comme un emprunt linguistique originaire de Galice. +