Ceci est une ancienne révision du document !


mandūcāre

(verbe)



3. Distribution dans les textes au cours de la latinité

3.0. Généralités

3.0.1. Premières occurrences dans les textes

Dans ses premières occurrences, c’est un verbe déponent1) :

  • Lucil.2) 456 éd. Marx = 482 éd. Warmington = éd. Charpin 14,3: apud Nonius 477, 12:
    ‘manducatur’ pro ‘manducat’…Lucilius ….Idem lib. XIV :
    cum illud quid faciat, quod manducamur in ore.

    « when what we munch in the mouth has some result. »
    ou « since he makes something – that something which we munch in the mouth. » (deux traductions proposées par E. H. warmington, Cambridge-London, coll. Loeb, 1967)
    « puisque ce que nous mâchons dans la bouche donne un résultat… » (traduction F. Charpin, CUF, 1979)
  • Afranius3) com.184 R. = 191 éd. Daviault (CUF, 1981) : apud Nonius 765 L. :
    Manducatur pro manducat … Afranius :
    …facile manducari qui potest.

    « …qui peut facilement mâcher. » (traduction A. Daviault)

Selon A. Daviault (dans son édition d’Afranius, en note 22 page 189), le verbe manducari dans ce passage, serait une manière d’exprimer le procès de manger et pourrait être une allusion au parasite.

Chez Pomponius, le déponent manducari « mâcher » est appliqué au procès réalisé par un âne et par un homme :

  • Pomponius4) Com. 96 éd. Frassinetti 1967 = Com. 100 éd. Ribbeck2,2 = Atellarum fragmenta 99 (selon LLT) : Nescio quis molam quasi asinus urget uxorem tuam,
    Ita opertis oculis manducatur ac molit.

Il est possible également que l’occurrence de manducari dans le texte suivant de Varron soit la forme déponente du verbe :

  • Varr. L. 7, 5, 95 : Apud Matium :
    Corpora Graiorum maerebat mandier igni.
    Dictum mandier a mandendo, unde manducari, a quo et in Atellanis Dossenum uocant Manducum.

    « In Matius : Grief he felt that the bodies of Greeks were chewed by the fire. Mandierto be chewed’ is said from mandereto chew’, whence manducarito chew’ from which also in the Atellan Farces they call Dossennus ‘Humpback’ by the name Manducus ‘Chewer’. » (traduction Roland G. Kent, Coll. Loeb 1967)

Mais chez Varron lui-même (par exemple R. 3,7,9) le verbe apparaît aussi comme « normalisé » selon le procédé de l’activation d’un déponent (terminologie de P. Flobert) sous la forme manducare actif vs manducari passif. On le rencontre ainsi au passif chez Varron (R. 3,7,9), à l’actif chez Suétone (Aug. 76), etc. (voir § 4 et § 5).

3.0.2. Répartition et distribution des occurrences dans les textes au cours de la latinité

Le verbe manducare est un lexème de haute fréquence avec 3 173 occurrences depuis le début de la latinité jusqu’au Ve siècle après J.-C. (selon le CLCLT-6). Mais il est essentiellement attesté à partir du IVe siècle après J.-C. et l’œuvre d’Augustin fournit le tiers de ses occurrences.

3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles

Le verbe manducare est majoritairement attesté à la forme d’infinitif présent actif, manducare (506 occurrences sur les 3 173 relevées au § 3.0.2), et à la 3ème personne du singulier du présent de l’indicatif, manducat (293 occurrences). Il est également bien attesté au parfait de l’indicatif, à la 3ème personne du singulier et du pluriel, manducauit (161 occurrences) et manduca(ue)runt (145 occurrences).

Les autres formes ont une fréquence (beaucoup) plus faible.

Les formes suivantes sont classées par ordre décroissant de fréquence :

manducauerit (105), manducet (113), manducabis (98), manducant (95), manduca (92), manducemus (90), manducandum (75), manducaueritis (65), manducans (64), manducabunt (61), manducatis (58), manducaui (58), manducent (55), manducabitis (54), manducabit (53), manducando (53), manducantem (53), manducate (53), manducaret (47), manducetis (42), manducabant (35), manducamus (34), manducabat (33), manducabo (31), manducarent (30), manducandi (28), manducasti (28), manducatur (28), manducantes (27), manducauimus (26), manducari (23), manducauerint (21), manducasse (19), manducas (17), manducabimus (17), manduces (17), manducares (17), manducauerimus (17), manducetur (16), manducanda (13), manducem (13), manducaturi (12), manducabam (11), manducaueris (10), manducastis (9), manducauerat (7), manducante (7), manducasset (7), manduco (6), manducabatur (6), manducantibus (6), manducantis (6), manducaturus (6), manducaretur (6), manducata (6), manducanti (5), manducatus (5), manducarem (4), manducaremus (4), manducati (4), manducandam (4), manducantur (4), manducaturum (4), manducassent (3), manducari (3), manducabitur (3), manducantium (3), manducaturo (2), manducauerant (2), manducentur (2), manducandus (2), manducatum (2), manducato (2), manducabuntur (2), manducandis (2), manducabamus (2), manducaris (1), manducatur (1), manducamus (1), manducamur (1), manducantur (1), manducaui (1), manducauere (1), manducaberitis (1), manducemus (1), manducetur (1), manducaretis (1), manducata (1), manducatae (1), manducatam (1), manducatum (1), manducatos (1), manducandi (1), manducandae (1), manducandos (1), manducantem (1), manducantia (1), manducaturis (1), manducaturos (1), manducasse (1), manducauisse (1).

Le verbe manducare est très bien attesté aux personnes du dialogue (1ère et 2ème pers.), ce qui témoigne de sa vitalité dans la langue parlée familière.

3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation)

Le verbe manducare est attesté tout au long de la latinité, mais majoritairement chez les auteurs chrétiens et plus précisément dans le vocabulaire technique spécifiquement chrétien et dans les textes bibliques. Il est passé dans certaines langues romanes.

Nombre d’occurrences Fréquence relative ( pour 1 000 000 mots)
IIIe-IIe siècle av. J.-C. 2 8
Ier siècle av. J.-C. 3 2
Ier siècle ap. J.-C. 20 8
IIe siècle ap. J.-C. 8 7
IIIe siècle ap. J.-C. 67 85
IVe siècle ap. J.-C. 878 142
Ve siècle ap. J.-C. 2 195 188
Total 3173 130
1) P. FLOBERT, Les verbes déponents … s.v. manducor p. 204.
2) C. Lucilius : chevalier romain mort en -103 av. J.-C.: Saturarum frg. (éd. Marx 1904-1905; éd. Charpin 1-3, CUF,1978-1991).
3) L. Afranius : poète comique de la fin du –IIe s. av. J.-C. : Com. éd. Ribbeck 2,2.
4) L. Pomponius Bononiensis, Atellarum fragmenta. Poète comique d’atellane, contemporain de Lucrèce (environ -89 av. J.-C.).