Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:laus7 [2013/06/03 18:28]
lecaude [7.1.1. Phonétique et phonologie]
dictionnaire:laus7 [2015/09/03 13:47] (Version actuelle)
desiderio [7.1.1. Phonétique et phonologie]
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> laus, laudis f. </div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> +<html><class="lestitres">laus, laudis f.</p></html><html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
 +\\
  
 ---- ----
Ligne 14: Ligne 14:
  
  
-Selon le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#rew">REW</a></i></html> 4944, les langues romanes présentent des descendants par la voie phonétique du latin //laus//, //laudis// ‘louange’.+Selon le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#rew">REW</a></i></html> 4944, les langues romanes présentent des descendants par la voie phonétique du latin //laus//, //laudis// ‘louange’ (Cf. aussi DÉRom http://www.atilf.fr/DERom/ s. v. //laudare//).
  
  
-Dans le domaine italo-roman, on trouve dans les documents italiens à partir du XIII<sup>e</sup> s. la forme **//lòde//** (< lat. //laudem//) ‘approbation, louange’, qui présente le passage traditionnel du lat. -//au//- au tosc. -//o//- et le maintien de la voyelle -//e// en fin de mot. Le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#deli">DELI</a></i></html> souligne qu’en italien ancien, **//loda// **, forme « normalisée » du point de vue morphologique, prédomine sur //lode//. Parmi les formes de l’italien ancien, il faut mentionner aussi le nom masculin **//lodo// ** (voir <html><a href=":dictionnaire:langues_romanes#battaglia">Battaglia</a></html> //s.u.//) qui se trouve dans la fameuse expression de Dante (//Inf//., III 35-36) « //coloro / che visser sanza infamia e sanza lodo // » (« ceux / qui vécurent sans infamie et sans louange ») et qui est expliqué comme nom déverbal de //lodare//, et la forme savante **//laude// **, qui montre la réintroduction de la diphtongue latine -//au//- (cf. [[:dictionnaire:7.2|§ 7.2.]]).  +Dans le domaine italo-roman, on trouve dans les documents italiens à partir du XIII<sup>e</sup> s. la forme **//lòde//** (< lat. //laudem//) ‘approbation, louange’, qui présente le passage traditionnel du lat. -//au//- au tosc. -//o//- et le maintien de la voyelle -//e// en fin de mot. Le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#deli">DELI</a></i></html> souligne qu’en italien ancien, **//loda// **, forme « normalisée » du point de vue morphologique, prédomine sur //lode//. Parmi les formes de l’italien ancien, il faut mentionner aussi le nom masculin **//lodo// ** (voir <html><a href=":dictionnaire:langues_romanes#battaglia">Battaglia</a></html> //s.u.//) qui se trouve dans la fameuse expression de Dante (//Inf//., III 35-36) « //coloro / che visser sanza infamia e sanza lodo // » (« ceux / qui vécurent sans infamie et sans louange ») et qui est expliqué comme nom déverbal de //lodare//, et la forme savante **//laude//**, qui montre la réintroduction de la diphtongue latine -//au//- (cf. [[#7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes|§ 7.2.]]).  
  
 Aussi bien dans le domaine italo-roman que dans le domaine gallo-roman, on trouve des formes nominales en sifflante, manifestement dérivées du nominatif latin //laus//. Dans le domaine italo-roman, on trouve ainsi le sicilien **//lausu// ** (avec la conservation régulière de la diphtongue), les formes des dialectes des Pouilles **//losa// ** ‘réputation’ (Tarente), **//louęsę// ** ‘accusation’ (Molfetta, dans la province de Bari, où l’on observe la vélarisation de la voyelle -//a//- > -//o//- par effet de la voyelle -//u//- suivante), le corse **//losa// ** ‘expertise’ (C. Salvioni, 1916, 778).   Aussi bien dans le domaine italo-roman que dans le domaine gallo-roman, on trouve des formes nominales en sifflante, manifestement dérivées du nominatif latin //laus//. Dans le domaine italo-roman, on trouve ainsi le sicilien **//lausu// ** (avec la conservation régulière de la diphtongue), les formes des dialectes des Pouilles **//losa// ** ‘réputation’ (Tarente), **//louęsę// ** ‘accusation’ (Molfetta, dans la province de Bari, où l’on observe la vélarisation de la voyelle -//a//- > -//o//- par effet de la voyelle -//u//- suivante), le corse **//losa// ** ‘expertise’ (C. Salvioni, 1916, 778).  
Ligne 23: Ligne 23:
 En français, le descendant direct du latin //laus// est le mot masculin **//los// ** ‘louange, honneur, réputation’, qui a disparu en français moderne et est attesté seulement du XI<sup>e</sup> au XVII<sup>e</sup> s., par exemple dans le passage suivant de la Chanson de Roland: En français, le descendant direct du latin //laus// est le mot masculin **//los// ** ‘louange, honneur, réputation’, qui a disparu en français moderne et est attesté seulement du XI<sup>e</sup> au XVII<sup>e</sup> s., par exemple dans le passage suivant de la Chanson de Roland:
  
-    * Respunt Rollanz : Ja fereie que fols ! \\ En dulce France en perdreie mun los!((Voir aussi d’autres exemples dans le  Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes))+    * Respunt Rollanz : Ja fereie que fols ! \\ En dulce France en perdreie mun los!((Voir aussi d’autres exemples dans <html><a href=":dictionnaire:langues_romanes#godefroy">Godefroy</a></html>, //s.u.//.))
  
 Aussi bien en ancien français qu’en italien ancien, on observe une certaine variation phonétique des descendants du lat. //laus// :  à côté de //los//, les dictionnaires enregistrent les formes **//loz// **, **//lous// **, **//loux// **, **//lox// **, **//lods// **, **//lauds// **, **//loos// **, **//laouds// **, **//lus// ** //.//  Aussi bien en ancien français qu’en italien ancien, on observe une certaine variation phonétique des descendants du lat. //laus// :  à côté de //los//, les dictionnaires enregistrent les formes **//loz// **, **//lous// **, **//loux// **, **//lox// **, **//lods// **, **//lauds// **, **//loos// **, **//laouds// **, **//lus// ** //.// 
Ligne 38: Ligne 38:
  
  
-- en français moderne, le seul descendant du mot latin se trouve dans la locution figée « payer les lods et ventes » (Littré, 1874, //s.u.//) : il s’agit d’une expression de la langue juridique, qui se réfère au droit dû au seigneur par celui qui acquiert un bien dans sa censive. « Los si est une chose que l’en doit à seignor, quant aucun vent sa terre » se lit dans un texte du XIII<sup>ème</sup>siècle cité par Littré (1874, //s.v//.). Lorsque anc.-fr. //los//  sort de l’usage, dès l’époque classique, anc.-fr. //löange //   prend le relais et exprime à la fois le sens d’« éloge » et celui de «  titre de gloire, mérite ». En français moderne, ce dernier sens ne  subsiste plus que dans certaines expressions lexicalisées : fr. //chanter les louanges de quelqu’un, c’est tout à sa louange//  ((Voir  Le Robert Dictionnaire historique de la langue française , sous la direction d’A. REY, Paris, ditions Le Robert, 1992, s.u.  louer.)).  +- en français moderne, le seul descendant du mot latin se trouve dans la locution figée « payer les lods et ventes » (Littré, 1874, //s.u.//) : il s’agit d’une expression de la langue juridique, qui se réfère au droit dû au seigneur par celui qui acquiert un bien dans sa censive. « Los si est une chose que l’en doit à seignor, quant aucun vent sa terre » se lit dans un texte du XIII<sup>ème</sup>siècle cité par Littré (1874, //s.v//.). Lorsque anc.-fr. //los//  sort de l’usage, dès l’époque classique, anc.-fr. //löange //   prend le relais et exprime à la fois le sens d’« éloge » et celui de «  titre de gloire, mérite ». En français moderne, ce dernier sens ne  subsiste plus que dans certaines expressions lexicalisées : fr. //chanter les louanges de quelqu’un, c’est tout à sa louange//  ((Voir  <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dhlf">DHLF</a></i></html>//s.u.  louer//.)).  
-Anc.-fr. //löange//  est un dérivé du verbe anc.-fr. //loer //  (< anc.-fr. //lauder,//  2<sup>e</sup>moitié du X<sup>e</sup>s.) « prodiguer des louanges », puis « conseiller », « approuver », « se glorifier de », « être satisfait de ».+Anc.-fr. //löange//  est un dérivé du verbe anc.-fr. //loer //  (< anc.-fr. //lauder,//  2<sup>e</sup> moitié du X<sup>e</sup> s.) « prodiguer des louanges », puis « conseiller », « approuver », « se glorifier de », « être satisfait de ».
  
  
Ligne 65: Ligne 65:
  
  
-En italien ancien, lat. //laus//  et ses dérivés furent empruntés et connurent des emplois spécialisés dans le domaine juridique : le latin médiéval //laudemium//  fut emprunté à travers it. //laudèmio//  pour faire référence à la donation d’argent que le vassal faisait au seigneur, quand un nouveau souverain montait sur le trône (//[[DEI]]// //s.u//.). Le rapport sémantique entre la base lexicale //laud-//  ‘louange’ et cette valeur être fondé sur le fait que cette donation (le //laudèmio//) était la manifestation de l’approbation du vassal.+En italien ancien, lat. //laus//  et ses dérivés furent empruntés et connurent des emplois spécialisés dans le domaine juridique : le latin médiéval //laudemium//  fut emprunté à travers it. //laudèmio//  pour faire référence à la donation d’argent que le vassal faisait au seigneur, quand un nouveau souverain montait sur le trône (<html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dei">DEI</a></i></html> //s.u//.). Le rapport sémantique entre la base lexicale //laud-//  ‘louange’ et cette valeur être fondé sur le fait que cette donation (le //laudèmio//) était la manifestation de l’approbation du vassal.
  
  
Ligne 71: Ligne 71:
  
  
-\\  \\  [[:dictionnaire:laus6|Aller au § 6]] ou [[:dictionnaire:laus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:laus8|Aller au § 8]] +\\  \\  [[:dictionnaire:laus6|Revenir au § 6]] ou [[:dictionnaire:laus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:laus8|Aller au § 8]]