Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:laus7 [2012/12/30 16:20]
vandaele
dictionnaire:laus7 [2015/09/03 13:47] (Version actuelle)
desiderio [7.1.1. Phonétique et phonologie]
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre"> laus, laudis f. </div></html> +<html><class="lestitres">laus, laudis f.</p></html><html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  
-\\ <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>+\\
  
 ---- ----
-\\+
  
 ====== 7. Descendance du lexème ====== ====== 7. Descendance du lexème ======
Ligne 9: Ligne 9:
  
 ===== 7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique ===== ===== 7.1. Les descendants du lexème dans les langues romanes par la voie phonétique =====
- 
  
  
Ligne 15: Ligne 14:
  
  
 +Selon le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#rew">REW</a></i></html> 4944, les langues romanes présentent des descendants par la voie phonétique du latin //laus//, //laudis// ‘louange’ (Cf. aussi DÉRom http://www.atilf.fr/DERom/ s. v. //laudare//).
  
-Lat. //laus// a abouti à la forme anc.-fr. //los//, sorti de l’usage dès l’époque classique. 
  
 +Dans le domaine italo-roman, on trouve dans les documents italiens à partir du XIII<sup>e</sup> s. la forme **//lòde//** (< lat. //laudem//) ‘approbation, louange’, qui présente le passage traditionnel du lat. -//au//- au tosc. -//o//- et le maintien de la voyelle -//e// en fin de mot. Le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#deli">DELI</a></i></html> souligne qu’en italien ancien, **//loda// **, forme « normalisée » du point de vue morphologique, prédomine sur //lode//. Parmi les formes de l’italien ancien, il faut mentionner aussi le nom masculin **//lodo// ** (voir <html><a href=":dictionnaire:langues_romanes#battaglia">Battaglia</a></html> //s.u.//) qui se trouve dans la fameuse expression de Dante (//Inf//., III 35-36) « //coloro / che visser sanza infamia e sanza lodo // » (« ceux / qui vécurent sans infamie et sans louange ») et qui est expliqué comme nom déverbal de //lodare//, et la forme savante **//laude//**, qui montre la réintroduction de la diphtongue latine -//au//- (cf. [[#7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes|§ 7.2.]]).  
  
-Les langues romanes de la péninsule ibérique ont les formes suivantes, qui sont des dérivés régressifs du verbe auquel a abouti lat. //laudare//dans ces langues : +Aussi bien dans le domaine italo-roman que dans le domaine gallo-roman, on trouve des formes nominales en sifflante, manifestement dérivées du nominatif latin //laus//. Dans le domaine italo-roman, on trouve ainsi le sicilien **//lausu// ** (avec la conservation régulière de la diphtongue), les formes des dialectes des Pouilles **//losa// ** ‘réputation’ (Tarente), **//louęsę// ** ‘accusation’ (Molfetta, dans la province de Bari, où l’on observe la vélarisation de la voyelle -//a//- > -//o//- par effet de la voyelle -//u//- suivante), le corse **//losa// ** ‘expertise’ (C. Salvioni, 1916, 778).  
  
 +En français, le descendant direct du latin //laus// est le mot masculin **//los// ** ‘louange, honneur, réputation’, qui a disparu en français moderne et est attesté seulement du XI<sup>e</sup> au XVII<sup>e</sup> s., par exemple dans le passage suivant de la Chanson de Roland:
  
-   *cat.//lloa//, dérivé de cat. //lloar// lat. //laudare// (//DECLC//) ; +    Respunt Rollanz : Ja fereie que fols ! \\ En dulce France en perdreie mun los!((Voir aussi d’autres exemples dans <html><a href=":dictionnaire:langues_romanes#godefroy">Godefroy<;/a></html>;//s.u.//.))
-   *esp. //loa// , dérivé d’esp. //loar// < lat. //laudare// (//DCECH//) ; +
-   *port. //loa.// , dérivé de port//loar// < lat. //laudare//.+
  
 +Aussi bien en ancien français qu’en italien ancien, on observe une certaine variation phonétique des descendants du lat. //laus// :  à côté de //los//, les dictionnaires enregistrent les formes **//loz// **, **//lous// **, **//loux// **, **//lox// **, **//lods// **, **//lauds// **, **//loos// **, **//laouds// **, **//lus// ** //.// 
 +
 +Selon le <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#rew">REW</a></i></html>, les noms roum. //laudă//, esp. //loa// et port. //loa// ‘louange’ sont des formations déverbales, c’est-à-dire des dérivés régressifs du verbe auquel a abouti lat. //laudare// dans ces langues :
 +    * cat. //lloa//, dérivé de cat. //lloar//   < lat. //laudare//   (<html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dcelc">DCELC</a></i></html>) ;
 +    * esp. //loa//, dérivé d’esp. //loar// < lat. //laudare//   (<html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dcech">DCECH</a></i></html>) ;
 +    * port. //loa.//, dérivé de port. //loar// < lat. //laudare//.
  
 ==== 7.1.2. Sémantique ==== ==== 7.1.2. Sémantique ====
  
  
 +Dans les différentes langues romanes où lat. //laus//  est continué, la valeur générale du mot latin ‘louange, éloge', 'réputation', 'approbation’ est conservée, mais le mot connaît aussi de nouveaux emplois spécialisés :
  
-En ancien français, //los// conserve les sens d’« éloge », « réputation », « approbation », « conseil, avis » qu’avait lat. //laus//. Lorsqu’il sort de l’usage, dès l’époque classique, anc.-fr. //löange // prend le relais et exprime à la fois le sens d’« éloge » et celui de « titre de gloire, mérite ». En français moderne, ce dernier sens ne subsiste plus que dans certaines expressions lexicalisées : fr. //chanter les louanges de quelqu’un, c’est tout à sa louange// ((Voir //Le Robert : Dictionnaire historique de la langue française//, sous la direction d’A. REY, Paris, ditions Le Robert, 1992, s.u. //louer.//)).  
  
 +- en français moderne, le seul descendant du mot latin se trouve dans la locution figée « payer les lods et ventes » (Littré, 1874, //s.u.//) : il s’agit d’une expression de la langue juridique, qui se réfère au droit dû au seigneur par celui qui acquiert un bien dans sa censive. « Los si est une chose que l’en doit à seignor, quant aucun vent sa terre » se lit dans un texte du XIII<sup>ème</sup>siècle cité par Littré (1874, //s.v//.). Lorsque anc.-fr. //los//  sort de l’usage, dès l’époque classique, anc.-fr. //löange //   prend le relais et exprime à la fois le sens d’« éloge » et celui de «  titre de gloire, mérite ». En français moderne, ce dernier sens ne  subsiste plus que dans certaines expressions lexicalisées : fr. //chanter les louanges de quelqu’un, c’est tout à sa louange//  ((Voir  <html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dhlf">DHLF</a></i></html>, //s.u.  louer//.)). 
 +Anc.-fr. //löange//  est un dérivé du verbe anc.-fr. //loer //  (< anc.-fr. //lauder,//  2<sup>e</sup> moitié du X<sup>e</sup> s.) « prodiguer des louanges », puis « conseiller », « approuver », « se glorifier de », « être satisfait de ».
  
-Anc.-fr. //löange// est un dérivé du verbe anc.-fr. //loer // (< anc.-fr. //lauder,// 2<sup>e</sup>moitié du X<sup>e</sup>s.) « prodiguer des louanges », puis « conseiller », « approuver », « se glorifier de », « être satisfait de ».  
  
 +- en italien, le mot a connu des emplois spécialisés dans la langue ecclésiastique : le pluriel //lodi//  désigne les prières du matin. En italien ancien, peut-être selon le modèle du latin ecclésiastique, le même signe linguistique //lode//  / //loda//  porte deux valeurs sémantiques différentes: ‘louange, éloge’ et ‘éloge à Dieu, prière’. La même polysémie s’observe dans les mots des langues germaniques all. //Lob//  et angl. //praise//, qui n’ont pas de relation étymologique avec lat. //laus//, mais qui n’en montrent pas moins une double valeur sémantique. Le passage de //lòde//  ‘louange’ à //lòdi//  ‘louanges à Dieu, prières de louange à Dieu’ se comprend aisément.
  
-Dans les autres langues considérées au § 7.1.1, le nom dérivé du verbe issu de lat. //laudare// n’est pas fréquent. Il fut remplacé ou tend à être remplacé, respectivement, par : 
  
-   *cat. //lloança//,  +Dans les autres langues considérées au § 7.1.1, le nom dérivé du verbe issu de lat. //laudare//  n’est pas fréquent. Il fut remplacé ou tend à être remplacé, respectivement, par : 
-   *esp. //alabanza//, dérivé du verbe //alabar// « faire l’éloge », « célébrer par des paroles » ou « se vanter » ; ce verbe est hérité du lat. tard. //alapāri// « souffleter », de //alapa, ae// (f.) « soufflet » et, en particulier, « soufflet que l’on donnait pour affranchir un esclave » ; voir aussi //alapator, oris// (m.) : « vantard » + 
-   *port. //louvação// + 
 +    * cat. //lloança//, 
 +    * esp. //alabanza//, dérivé du verbe //alabar//  « faire l’éloge », « célébrer par des paroles » ou « se vanter » ; ce verbe est hérité du lat. tard. //alapāri//  « souffleter », de //alapa, ae//  (f.) « soufflet » et, en particulier, « soufflet que l’on donnait pour affranchir un esclave » ; voir aussi //alapator, oris//  (m.) : « vantard »; 
 +    * port. //louvação.// 
  
  
 ===== 7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes ===== ===== 7.2. Les emprunts faits au latin par les langues anciennes et modernes =====
-  
  
-L’ancien-français //laude// est un emprunt au latin //laus//, avec le sens de « louange, éloge » (attesté à la fin du XII<sup>e</sup>siècle).  
  
 +L’ancien-français //laude//  est un emprunt au latin //laus//, avec le sens de « louange, éloge » (attesté à la fin du XII<sup>e</sup>siècle).
 +
 +
 +Le pluriel lat. //laudes//, dans son emploi ecclésiastique, fut emprunté en ancien français au début du XIII<sup>e</sup>siècle : anc.-fr. //laudes //  ([lo:d]). Le mot désigne une partie de l’office divin, cette dénomination s’expliquant par la récurrence de l’impératif //laudate//  dans les Psaumes (notamment 146 à 150) (cf. [[http://atilf.atilf.fr/|TLFi]] ).
 +
 +
 +Dans la langue ecclésiastique, it. //laude // et it. //lauda//  (pl. //laudi / laude//) désignent des poèmes composés en langue dite vulgaire, dans le mètre de la ballade, d’inspiration religieuse. Ces poèmes commencent à être composés par la //Compagnie des Laudesi//  à la fin du XII<sup>ème</sup>siècle et se répandent durant le siècle suivant grâce à la prédication des Franciscains. Du point de vue sémantique, la re-création, par emprunt au latin, du mot //laude//  / //lauda//  ‘chant de louange à Dieu’ présente un changement de sens par métonymie par rapport à //laude//  ‘louange, louange à Dieu’. A partir des formes savantes //laude//  / //lauda//  furent créés en italien les dérivés //laudario//  ‘recueil de //laudi// ’ et //laudése//  (1284) ‘celui qui chante les //laudi// ’. 
 +
 +
 +En italien ancien, lat. //laus//  et ses dérivés furent empruntés et connurent des emplois spécialisés dans le domaine juridique : le latin médiéval //laudemium//  fut emprunté à travers it. //laudèmio//  pour faire référence à la donation d’argent que le vassal faisait au seigneur, quand un nouveau souverain montait sur le trône (<html><i><a href=":dictionnaire:langues_romanes#dei">DEI</a></i></html> //s.u//.). Le rapport sémantique entre la base lexicale //laud-//  ‘louange’ et cette valeur être fondé sur le fait que cette donation (le //laudèmio//) était la manifestation de l’approbation du vassal.
 +
 +
 +\\  
  
-Le pluriel lat. //laudes//, dans son emploi ecclésiastique, fut emprunté en ancien français au début du XIII<sup>e</sup>siècle : anc.-fr. //laudes // ([lo:d]). Le mot désigne une partie de l’office divin, cette dénomination s’expliquant par la récurrence de l’impératif //laudate// dans les Psaumes (notamment 146 à 150) (cf. [[http://atilf.atilf.fr/|TLFi]]). 
  
-\\  \\  [[:dictionnaire:laus6|Aller au § 6]] ou [[:dictionnaire:laus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:laus8|Aller au § 8]]+\\  \\  [[:dictionnaire:laus6|Revenir au § 6]] ou [[:dictionnaire:laus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:laus8|Aller au § 8]]