Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:hibernus5 [2013/03/22 18:17]
lecaude [5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes]
dictionnaire:hibernus5 [2014/12/17 18:07] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">hībernus, -a, -um </div></html> \\ <html><center><big><big>(adjectif)</big></big></center></html>+<html><class="lestitres">hībernus, -a, -um</p></html> <html><center><big><big>(adjectif)</big></big></center></html> 
 \\ \\
- 
 ---- ----
 \\ \\
Ligne 127: Ligne 126:
  
  
-Employé comme adjectif, //hībernus // sélectionne des substantifs, presque toujours inanimés, qui relèvent des champs sémantiques de sa base : noms de division de la durée temporelle, //annus//, //diēs//, //nox,// mais  surtout //tempus,// avec lequel il constitua une lexie complexe à l’origine de la substantivation de//hībernum//, qui remplaça //hiems //; noms de phénomènes atmosphériques comme //uentus// « vent », //procella// ou//tempestās// « tempête », pluie (//imber//), neige (//nix, niuis//) et autres précipitations, gel (//gelū//), gelée blanche (//pruīna//), grêle (//grando//), température (//frīgus // « froid »), etc//.// Il qualifie également des noms d’éléments naturels : terre, montagnes, fleuves, air, ciel, mer. Dans le vocabulaire rural, //hībernus// a déterminé des noms de procès ou de résultats des activités agricoles associées à cette période de l’année ou encore des noms dont le référent est l’objet de ces procès (cérémonies du culte, étables, fruits, légumes et autres récoltes, animaux). Dans la langue militaire enfin, //hībernus// s’est appliqué à des substantifs désignant des édifices, des camps militaires ou des vêtements dont on ne se sert qu’en hiver et, substantivé au neutre pluriel, il a désigné une période de repos. +Employé comme adjectif, //hībernus // sélectionne des substantifs, presque toujours inanimés, qui relèvent des champs sémantiques de sa base : noms de division de la durée temporelle, //annus//, //diēs//, //nox,// mais  surtout //tempus,// avec lequel il constitua une lexie complexe à l’origine de la substantivation de//hībernum//, qui remplaça //hiems //; noms de phénomènes atmosphériques comme //uentus// « vent », //procella// ou //tempestās// « tempête », pluie (//imber//), neige (//nix, niuis//) et autres précipitations, gel (//gelū//), gelée blanche (//pruīna//), grêle (//grando//), température (//frīgus // « froid »), etc//.// Il qualifie également des noms d’éléments naturels : terre, montagnes, fleuves, air, ciel, mer. Dans le vocabulaire rural, //hībernus// a déterminé des noms de procès ou de résultats des activités agricoles associées à cette période de l’année ou encore des noms dont le référent est l’objet de ces procès (cérémonies du culte, étables, fruits, légumes et autres récoltes, animaux). Dans la langue militaire enfin, //hībernus// s’est appliqué à des substantifs désignant des édifices, des camps militaires ou des vêtements dont on ne se sert qu’en hiver et, substantivé au neutre pluriel, il a désigné une période de repos. 
  
  
Ligne 136: Ligne 135:
 appartiennent parfois au vocabulaire astronomique (//solstitium // « solstice » ou //brūma // « « solstice d’hiver»). appartiennent parfois au vocabulaire astronomique (//solstitium // « solstice » ou //brūma // « « solstice d’hiver»).
  
-//Aestiuus// est l’antonyme de //hībernus//. Il qualifie les mêmes catégories sémantiques de substantifs et connaît les mêmes types d’acceptions : « qui concerne l’été » considéré dans son acception météorologique et ses attributs (chaleur etc..), « qui concerne l’été » comme saison c’est-à-dire comme division de la durée temporelle de l’année. Ses  emplois substantivés procèdent des mêmes procédés de substantivation syntagmatiques. Le parallélisme entre les deux termes s’applique même à leur formation puisque //aestiuus// est sémantiquement l’adjectif de relation de //aestās, -ātis//, nom de l’été, mais n’en présente pas exactement, morphologiquement, le radical //aestāt//- tout comme //hībernus// n’offre pas le radical //hiem//- du nom de l’hiver.+//Aestiuus// est l’antonyme de //hībernus//. Il qualifie les mêmes catégories sémantiques de substantifs et connaît les mêmes types d’acceptions : « qui concerne l’été » considéré dans son acception météorologique et ses attributs (chaleur etc.), « qui concerne l’été » comme saison c’est-à-dire comme division de la durée temporelle de l’année. Ses  emplois substantivés procèdent des mêmes procédés de substantivation syntagmatiques. Le parallélisme entre les deux termes s’applique même à leur formation puisque //aestiuus// est sémantiquement l’adjectif de relation de //aestās, -ātis//, nom de l’été, mais n’en présente pas exactement, morphologiquement, le radical //aestāt//- tout comme //hībernus// n’offre pas le radical //hiem//- du nom de l’hiver.
  
  
 [[:dictionnaire:hibernus4|Revenir au § 4]] ou [[:dictionnaire:hibernus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:hibernus6|Aller au § 6]] [[:dictionnaire:hibernus4|Revenir au § 4]] ou [[:dictionnaire:hibernus|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:hibernus6|Aller au § 6]]