Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:femina3 [2013/02/02 08:55]
lestrade créée
dictionnaire:femina3 [2014/12/17 13:26] (Version actuelle)
desiderio
Ligne 1: Ligne 1:
-<html><div class="titre">fēmĭna, -ae (f.)</div></html> \\  <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html>  +<html><class="lestitres">fēmĭna, -ae (f.)</p></html> <html><center><big><big>(substantif)</big></big></center></html> 
 +\\
 ---- ----
 +\\
 +
 ====== 3. Distribution dans les textes au cours de la latinité ====== ====== 3. Distribution dans les textes au cours de la latinité ======
  
Ligne 9: Ligne 11:
  
 ==== 3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions ==== ==== 3.0.1. Première occurrence dans les textes ou inscriptions ====
 +
 +
 +Les premières occurrences de //fēmina// apparaissent dès l’époque archaïque, chez Plaute ; il a dès cette époque le sens double de « femme » (être humain de sexe féminin) et de « femelle » (animal de sexe féminin). Lorsqu’il signifie « femelle », il est souvent employé comme déterminant d’un substantif, comme dans le second exemple ci-dessous avec //musca femina// « mouche femelle ». Il entre souvent en opposition avec //masculus//, //mas// « mâle, être humain masculin », comme on le voit dans le premier exemple, où il a le sens de « femme » :
 +
 +
 +    * Pl. //Cist//. 705 : \\ //- // //Quis me reuocat ? - Bona **femina** et malus masculus uolunt te.// \\ « - Qui m’appelle ? – C’est une honnête **femme** et un mauvais garçon qui ont deux mots à te dire. » (traduction A. Ernout, 1935, CUF)
 +
 +
 +    * Pl. //Truc//. 283-284 : \\ //Quas tu mulieres \\ mihi narras, ubi musca nulla **femina**st in aedibus ?// \\ « De quelles femmes me parles-tu ? On ne trouverait pas même une mouche **femelle** dans toute la maison. » (traduction A. Ernout, 1940, CUF)
 +
 +
 +
 +==== 3.0.2. Fréquence d’emploi ====
 +
 +
 +//Fēmina// est un lexème fréquent, largement attesté durant toute la latinité, depuis Plaute jusqu’aux textes chrétiens. Il est polysémique (« femelle » et « femme ») ; dans sa signification « femme », il est concurrencé par //mulier// (cf. l’exemple précédent Pl. //Truc//. 283), et la préférence accordée à l’un ou l’autre des deux lexèmes par les auteurs évolue nettement au cours de la latinité.
 +====  ====
 +
 +
 +==== 3.0.3. Fréquence comparée des formes flexionnelles ====
 +
 +
 +=====  =====
 +
 +
 +===== 3.1. Distribution diachronique (périodes d’attestation) =====
 +
 +
 +^ ^Occurrences de //fēmina//   ^Occurrences de //mulier//  ^  
 +^III<sup>e</sup>-II<sup>e</sup>siècle av. J.-C. |  24  |  306   |
 +^I<sup>er</sup>siècle av. J.-C.  |  176  |  396  | 
 +^I<sup>er</sup>siècle ap. J.-C.  |  726  |  377  | 
 +^II<sup>e</sup>siècle ap. J.-C. |  255  |  290  | 
 +^III<sup>e</sup>siècle ap. J.-C.  |  142  |  226  | 
 +^IV<sup>e</sup>siècle ap. J.-C.  |  607  |   1880  | 
 +^V<sup>e</sup>siècle ap. J.-C.  |  1228  |  2446  | 
 +^Ensemble de   la période  |  3158  |  5921  |
 +
 +
 +===== 3.2. Distribution diastratique (diaphasique) =====
 +
 +
 +À l’époque archaïque et classique (du III<sup>e </sup>au I<sup>er</sup>siècle av. J.-C.), //fēmina// est un terme de très faible fréquence ; il dénote usuellement une femelle, mais pour une femme, c’est presque systématiquement //mulier// qui est utilisé. Quand un auteur antérieur au I<sup>er</sup>siècle ap. J.-C. emploie //fēmina// (plutôt que //mulier//), c’est toujours par souci d’« expressivité », c.-à-d. pour éviter d’employer le terme usuel et donc « banal » et attendu ; cependant, //fēmina// ne paraît pas lié à un niveau de langue particulier, le terme étant employé par des locuteurs de classes sociales variées et dans des tournures tant familières que recherchées. Chez Cicéron, //fēmina// demeure très peu attesté, mais semble avoir acquis une connotation méliorative et s’être restreint à un niveau de langue élevé, tandis que //mulier// serait neutre et appartiendrait au registre courant. Pour l’ensemble de la période archaïque et classique, les donnés numériques montrent que //fēmina// « femme » est le terme marqué par rapport à //mulier// « femme », puisque //fēmina// porte des éléments de sens que //mulier// ne possède pas.
 +
 +
 +L’usage change à l’époque augustéenne : //fēmina// est de plus en plus employé et dépasse //mulier// en fréquence. Les causes de ce changement sont difficiles à déterminer ; on peut évoquer le développement de la poésie en hexamètres et pentamètres dactyliques (les formes //mŭlĭĕr//, //mŭlĭĕrem, mŭlĭĕris// etc., avec leurs 3 voyelles brèves successives, sont quasiment impossibles à utiliser dans ces mètres dactyliques). Elle aurait favorisé la généralisation de l’usage de //fēmina// en poésie, puis l’influence du lexique poétique sur la prose de la même époque.
 +
 +
 +Mais, fait singulier, cette évolution ne se poursuit pas : dès le II<sup>e</sup>siècle ap. J.-C., //mulier// redevient le terme le plus employé dans les textes latins et le reste au moins jusqu’au V<sup>e</sup>siècle. Il semble que, durant la période post-classique et tardive, //mulier// soit employé là où la prose écrite reste relativement proche de la langue parlée (par exemple chez Pétrone ou dans les //Sermons// d’Augustin), mais que //fēmina// apparaisse dans les textes de niveau de langue plus élevé (textes poétiques ou scientifiques ; chez Augustin, quand il cite des passages biblique((<html><a href=":dictionnaire:femina8#J.N. ADAMS (1983, 246).)">J.N. ADAMS (1983, 246).)</a></html>)).
 +
 +
 +===== 3.3. Distribution diatopique (dialectale, régionale) =====
 +
 +
 +
 +
 +===== 3.4. Distribution par auteur =====
 +
 +
 +Les données ici rassemblées sont issues de la base de données CLCLT-5 ; outre le recensement effectué pour le lexème //fēmina//, le nombre d’occurrences de //mulier// est donné à titre de comparaison, afin de mesurer les préférences linguistiques des différents auteurs concernant le choix entre ces deux para-synonymes. Comme //fēmina// signifie à la fois « femelle » et « femme », il n’est pas le synonyme de //mulier// dans toutes ses occurrences, ce qui gêne notre appréciation pour l’évolution diachronique des préférences linguistiques dans le choix entre //mulier// et //fēmina// « femme »((À titre indicatif, les séquences de la recherche sont, pour //femina //: //femin//%%*%% #//feminin//%%*%% #//femine//%%*%% #//feminal//%%*%% #//feminil//%%*%% #//feminibus// #//feminum,// et pour //mulier// : //mulier//%%*%% #//mulieros//%%*%% #//mulierar//%%*%% #//mulierc//%%*%%. Cette recherche sur la base de données CLCLT-5 ne peut se prétendre exacte, étant donné l’homographie entre //f////ē////mină// et //f////ē////minā// (nom. et abl. sg de //f////ē////mina, -ae,// F. « femme ») d’une part, et, de l’autre, //fĕmina// (nom.-acc. pl. de //fĕmen//, -//inis// ou //fĕmur//, gén. //femoris// et //feminis// Nt. « cuisse »), ainsi que l’homographie entre //fēminīs// (dat.-abl. pl. de //fēmina//, //ae//, F) et //fĕminis// (gén. sg. de //fĕmen/fĕmur//, Nt.).
 +)).
 +
 +
 +Période I. Plaute : des origines à la mort d’Ennius
 +
 +
 +^ ^Plaute ^
 +^//fēmina//  |  18  |
 +^//mulier//  |  279  |
 +
 +
 +Période II. Térence : de Caton à l’époque de Sulla
 +
 +
 +^ ^Térence ^Caton ^
 +^//fēmina//  |  1  |  2  |
 +^//mulier//  |  60  |  4  |
 +
 +
 +Période III. Cicéron, la fin de la République (80-43 av. J.-C.)
 +
 +
 +^ ^Cicéron ^César ^Salluste ^Varron ^Lucrèce ^Catulle ^
 +^//fēmina//  |  42  |  3  |  0  |  40  |  6  |  4  |
 +^//mulier//  |  238  |  10  |  10  |  34  |  6  |  6  |
 +
 +
 +Période IV. Virgile : le siècle d’Auguste (de 43 av. J.-C. à 14 ap. J.-C.)
 +
 +
 +^ ^Virgile ^Horace ^Ovide ^Tite-Live ^Vitruve ^
 +^//fēmina//  |  10  |  5  |  94  |  65  |  3  |
 +^//mulier//  |  1  |  13  |  6  |  73  |  3  | 
 +
 +
 +Période V. Sénèque : la dynastie julio-claudienne
 +
 +
 +^ ^Sénèque ^Lucain ^Celse ^Columelle ^Pline l’Anc. ^Pétrone ^Quinte-Curce ^Val.-Max. ^
 +^//fēmina//  |  68  |  3  |  36  |  64  |  352  |  12  |  31  |  37  |
 +^//mulier//  |  6  |  0  |  30  |  12  |  167  |  33  |  2  |  22  |
 +
 +
 +Période VI. Tacite : des Flaviens à Trajan (69-117 ap. J.-C.)
 +
 +
 +^ ^Quintilien ^Tacite ^Pline le   Jeune ^Stace ^Juvénal ^Martial ^
 +^//fēmina//  |  19  |  100  |  19  |  3  |  9  |  8  |
 +^//mulier//  |  21  |  20  |  4  |  0  |  6  |  1  |
 +
 +
 +Période VII. Apulée : Hadrien et les Antonins (117-192)
 +
 +
 +^ ^Apulée ^Suétone ^Aulu-Gelle ^
 +^//fēmina//  |  40  |  27  |  24  |
 +^//mulier//  |  104  |  14  |  58  |
 +
 +
 +Période VIII. Tertullien et l’Histoire Auguste : des Sévères à Constantin (193-337)
 +
 +
 +^ ^Tertullien ^Minucius Félix ^Arnobe ^Histoire Auguste ^Cyprien ^Lactance ^
 +^//fēmina//  |  164  |  1  |  23  |  23  |  12  |  51  |
 +^//mulier//  |  183  |  1  |  3  |  63  |  42  |  48  |
 +
 +
 +Période IX. Du milieu du IV<sup>e</sup>au début du V<sup>e</sup>s. : de Constantin à Honorius (337-423)
 +
 +
 +^ ^Augustin ^Jérôme ^Amm. Marc. ^Egérie ^Macrobe ^Donat ^Mart. Cap. ^Ausone ^
 +^//fēmina//  |  999  |  238  |  25  |  5  |  29  |  0  |  42  |  6  |
 +|^//mulier//  |  1717  |  664  |  15  |  7  |  22  |  0  |  4  |  1  |
 +
 +
 +Période X. Du milieu du Ve siècle à la fin du VI<sup>e</sup>siècle
 +
 +
 +^ ^Grégoire de Tours ^Priscien ^
 +^//fēmina//  |  7  |  21  |
 +^//mulier//  |  87  |  35  |
 +
 +
 +
 +\\  
 +
 +
 +[[:dictionnaire:femina2|Revenir au § 2]] ou [[:dictionnaire:femina|Revenir au plan]] ou [[:dictionnaire:femina4|Aller au § 4]] 
 +
 +
 +\\
 +
 +
 +
 +
 +
 +