Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

dictionnaire:examen5 [2015/03/28 21:01]
bothua [5.1. Analyse synchronique du lexème. Formation du mot en latin]
dictionnaire:examen5 [2015/03/31 18:23] (Version actuelle)
bothua
Ligne 11: Ligne 11:
 Le terme //examen// était probablement motivé pour ce qui est du suffixe //-men//, mais ne l’était pas pour la séquence qui précède ce suffixe. Le terme //examen// était probablement motivé pour ce qui est du suffixe //-men//, mais ne l’était pas pour la séquence qui précède ce suffixe.
  
-5.1.1. Un suffixe motivé+==== 5.1.1. Un suffixe motivé ==== 
  
 En synchronie, le substantif //exāmĕn// (génitif //-mĭn-is// Nt.) comporte le suffixe formant des substantifs neutres //-mĕn//, qui fut étoffé en -//mentum, -i// Nt. Les termes en -//men// sont nombreux dès l’époque archaïque, mais au fil de la latinité le suffixe -//men// perd sa productivité au profit du suffixe -//mentum// (étoffé en -//tum// issu de *//-to-//, probable suffixe de collectif ancien). Le suffixe lat. -//mentum//, -i Nt., devenu productif, passa dans certaines langues romanes (par exemple dans fr. -//ment// dans le substantif fr. //armement//, qui correspond à lat. //arma-menta, -orum// Nt. pl. de sens collectif pour « un ensemble d’outils »). En synchronie, le substantif //exāmĕn// (génitif //-mĭn-is// Nt.) comporte le suffixe formant des substantifs neutres //-mĕn//, qui fut étoffé en -//mentum, -i// Nt. Les termes en -//men// sont nombreux dès l’époque archaïque, mais au fil de la latinité le suffixe -//men// perd sa productivité au profit du suffixe -//mentum// (étoffé en -//tum// issu de *//-to-//, probable suffixe de collectif ancien). Le suffixe lat. -//mentum//, -i Nt., devenu productif, passa dans certaines langues romanes (par exemple dans fr. -//ment// dans le substantif fr. //armement//, qui correspond à lat. //arma-menta, -orum// Nt. pl. de sens collectif pour « un ensemble d’outils »).
  
-5.1.2. Une base de suffixation immotivée+==== 5.1.2. Une base de suffixation immotivée ====
  
-Le sens d’« essaim, troupe » renvoie à l’étymologie communément admise d’//exāmen// (*//ex-ag-s-men// Perrot, 1961, 48) sur le radical ag- « mettre en mouvement » (cf. [[:dictionnaire:examen4|§4.2.D.]]). Mais il est peu probable que ce rapprochement ait été fait par la communauté linguistique en synchronie, puisque le radical //ăg-// n’apparaissait plus dans //exāmen//. 
  
-Les valeurs relevant de la pesée n’ont de lien diachronique possible qu’avec le verbe //exigere// « mesurer, évaluer » (cf. [[:dictionnaire:examen4|§4.2.D.]]). Un même raisonnement pourrait rendre compte du sens d’« examen » pris par le substantif à partir du verbe //exigere// « mesurer, évaluer » (cf. [[:dictionnaire:examen4|§4.2.D.]]).+Le sens d’« essaim, troupe » renvoie à l’étymologie communément admise d’//exāmen// (*//ex-ag-s-men// Perrot, 1961, 48) sur le radical ag- « mettre en mouvement » (cf. [[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.D.]]). Mais il est peu probable que ce rapprochement ait été fait par la communauté linguistique en synchronie, puisque le radical //ăg-// n’apparaissait plus dans //exāmen//. 
 + 
 +Les valeurs relevant de la pesée n’ont de lien diachronique possible qu’avec le verbe //exigere// « mesurer, évaluer » (cf. [[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.D.]]). Un même raisonnement pourrait rendre compte du sens d’« examen » pris par le substantif à partir du verbe //exigere// « mesurer, évaluer » (cf. [[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.D.]]).
  
 Mais ces processus qui ont présidé à la formation de ces lexèmes et à l’établissement de leurs sens n’étaient probablement plus perçus dans l’usage des sujets parlants. La polysémie d’//examen// est décrite par le lexicographe Paul Diacre (cf. [[:dictionnaire:examen5|§5.2.]]), mais présentée par lui comme une juxtaposition de significations différentes et indépendantes, sans que cet auteur ait tenté de mettre en lumière une quelconque filiation entre les trois significations qu’il mentionne ([[:dictionnaire:examen5|§5.2.]]). Mais ces processus qui ont présidé à la formation de ces lexèmes et à l’établissement de leurs sens n’étaient probablement plus perçus dans l’usage des sujets parlants. La polysémie d’//examen// est décrite par le lexicographe Paul Diacre (cf. [[:dictionnaire:examen5|§5.2.]]), mais présentée par lui comme une juxtaposition de significations différentes et indépendantes, sans que cet auteur ait tenté de mettre en lumière une quelconque filiation entre les trois significations qu’il mentionne ([[:dictionnaire:examen5|§5.2.]]).
Ligne 25: Ligne 27:
 ===== 5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins ===== ===== 5.2. Les interprétations et ré-analyses synchroniques des auteurs latins =====
  
 +Paul Diacre, reprenant Festus, donne pour le terme examen une pluralité de significations en rapprochant trois expressions correspondant à trois sens différents que nous avons répertoriés (au [[:dictionnaire:examen4.2|§4]]) :
 +
 +    * P.F. 70, 29-30 L. (= p. 80 M.): \\ //Examen est et aequamentum et iudicii inuestigatio et apum congregatio uel locustarum.//
 +
 +Dans la première expression de Paul Diacre, le substantif //aequamentum//  « action de rendre pareil » (Nonius 3,26) est un doublet en -//mentum// du terme en -//men// plus ancien : //aequamen// (Varron apud Nonius)  « niveau, instrument pour niveler ». Les deux substantifs sont faits sur la base du verbe //aequare// « rendre égal », qui est lui-même un dénominatif dé-adjectival sur //aequus, -a, -um// « égal ». Cette expression de Paul Diacre semble donc correspondre au sens B.2. « mesure de l’équilibre, mise en équilibre » ([[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.B.2.]]) et au sens B.3. ([[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.B.3.]]) « équilibre ».
 +
 +La seconde expression dans le commentaire de Paul Diacre : //iudicii inuestigatio// « recherche attentive d’un jugement » (cf. //inuestigare// « rechercher avec soin ») correspond au sens C ([[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.C.]]) « examen, analyse, appréciation ».
 +
 +La troisième expression //apum congregatio uel locustarum// « rassemblement d’abeilles ou de sauterelles » coïncide avec le sens A « essaim » de signification concrète ([[:dictionnaire:examen4.2|§4.2.A.]]).
 +
 +On remarque ainsi que Paul Diacre a rangé en dernier le sens concret, ce qui semble indiquer que les deux significations qu’il range en premier étaient davantage présentes à son esprit et étaient donc peut-être plus usuelles dans son milieu social et dans son idiolecte de grammairien. Mais c’est essentiellement le sens concret qui est passé dans les langues romanes (cf. [[:dictionnaire:examen7|§7]]), ce qui est l’indice d’un usage continu en latin de toutes les époques et notamment en latin tardif dans la langue parlée familière usuelle.
  
 ===== 5.3. « Famille » synchronique du terme ===== ===== 5.3. « Famille » synchronique du terme =====
  
 +A) Sur le substantif //examen//, le latin a formé le verbe dénominatif dé-substantival //examinare// (analysable en //examin-a-re//) :
 +//examen, -min-is// Nt. → //examin-a-re//
 +
 +Conformément à son statut de dénominatif, le verbe //examinare// offre une polysémie parallèle à celle de sa base de dérivation : « essaimer » en parlant de ruches dans le vocabulaire agricole (Columelle), « peser » au sens concret (Cés., Cic.), « mettre en équilibre » (Vitruve) et au sens abstrait notionnel « peser, examiner » dans le cadre d’un jugement (Cic.), avec une spécialisation dans le vocabulaire chrétien pour Dieu portant un jugement sur les hommes.
 +
 +B) Le participe parfait passif d’//examinare// a pu être adjectivisé en //exanimatus, -a, -um// « scrupuleux, précis », devenu un adjectif qualificatif graduable au superlatif chez Augustin appliqué à un inanimé abstrait à partir du sens « examiner attentivement » pour le verbe :
 +
 +    * Aug. //Conf.// 7,6,8 : \\ // … dominum qui etiam canum suarum partus examinatissima diligentia nosse curabat. // \\ « … le maître qui mettait tant de diligente précision à surveiller les portées de ses chiennes. » (traduction P. de Labriolle, 1969, Paris, CUF) ; littéralement « … le maître qui prenait soin d’être informé avec le zèle le plus précis des accouchements de ses chiennes ».
 +
 +Le thème d’infectum du verbe //examinare// a servi à son tour de base de suffixation pour  un nom de procès en –tio, un nom d’agent en –tor :
 + 
 +C) Un nom de procès en -//tiō : exāminātiō (-tiōn-is// F.) dans le vocabulaire technique concret : « pesée, pesage » (Vitruve), « équilibre » (Vitruve : en mécanique) ; on le trouve aussi au sens abstrait notionnel : « examen » (Ulp.), et au sens chrétien : « épreuve » (Cypr.).
 +
 +D) Un nom d’agent en -//tor : exāminā-tor, -tōr-is// M. « celui qui examine, qui juge » (Augustin), « celui qui met à l’épreuve » (Tertullien) avec le féminin correspondant //exāminā-trīx// (-//trīc-is// F.) « celle qui met à l’épreuve » (Augustin).
 +
 +E) Ce nom d’agent a servi de base à un adjectif en -//ius// fonctionnant comme un adjectif en -//tōrius// s’appliquant à des entités inanimées : //exāminātōrius, -a, -um// « qui sert à éprouver » (Tertullien).
 +
 +Le substantif //examen// a donc servi de point de départ, par étapes morphologiques successives, à une petite « famille synchronique » de termes, mais il ne pouvait lui-même en synchronie être considéré comme  fait sur la base d’un autre lexème.
  
 ===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes ===== ===== 5.4. Associations synchroniques avec d’autres lexèmes =====
Ligne 57: Ligne 88:
  
 \\ \\ \\ \\
-[[:dictionnaire:examen4|Retour au §4]] ou [[:dictionnaire:examen|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:examen6|Aller au §6]] +[[:dictionnaire:examen4.2|Retour au §4]] ou [[:dictionnaire:examen|Retour au plan]] ou [[:dictionnaire:examen6|Aller au §6]]