Ceci est une ancienne révision du document !


arma, -ōrum (n. pl.)

(substantif)


4.1 Description des emplois et de leur évolution : résumé et exemples

Retour au plan du § 4

Lire l'exposé détaillé

Arma présente un double problème de polysémie et de synonymie. Sa signification ne se résume pas à celle de fr. armes. Il a des emplois hors du domaine militaire, tandis que dans ce champ lexical, il entre en relation avec exercitus.

A. Deux emplois proches et distincts

A.1. « Armes »

Liv. 1, 43, 2 : arma his imperata galea, clipeum, ocreae, lorica, omnia ex aere, haec ut tegumenta corporis essent ; tela in hostem hastaque et gladius.

« Leurs armes réglementaires étaient le casque, le bouclier rond, les jambières et la cuirasse, le tout en bronze, pour protéger le corps ; leurs armes offensives envers l’ennemi, la lance et l’épée. » (traduction G. Baillet, 1940, CUF, modifiée)

Caes. B.G. 7, 18, 4 : Qua re nuntiata Caesar celeriter sarcinas conferri, arma expediri iussit.

« Quand César l’apprit, il fit promptement rassembler les sacs et prendre la tenue de combat. » (traduction L.-A. Constans, 1926, CUF)

Liv. 4, 13, 9 : Tela in domum Maeli conferri [].

« Il se fait un dépôt d’armes chez Maelius […] ; » (traduction G. Baillet, 1946, CUF)

Cic. de Or. 1, 172 : Antoni incredibilis quaedam et prope singularis et diuina uis ingeni uidetur, etiam si hac scientia iuris nudata sit, posse se facile ceteris armis prudentiae tueri atque defendere.

« Chez Antoine, la supériorité incroyable et presque unique et divine de son talent, même si elle est dépourvue de la science du droit, semble pouvoir se protéger et se défendre aisément grâce aux armes de son habileté pratique. »

Quint. 2, 16, 10 : Quare, etiam si in utramque partem ualent arma facundiae, non est tamen aecum id haberi malum quo bene uti licet.

«

Aussi, même si les armes de l’éloquence sont à double tranchant, il n’est pas équitable de tenir pour un mal ce dont il est loisible de faire un bon usage. » (traduction J. Cousin).

Caes. B.G. 1, 49, 2 : Primam et secundam aciem in armis esse, tertiam castra munire iussit.

« Les deux premières lignes reçurent l’ordre de restersous les armes, tandis que la troisième fortifierait le camp. » (traduction L.-A. Constans, 1926, CUF)

Cic. Cat. 1, 15 : […] neminem, qui nesciat te [] stetisse in comitio cum telo.

« […] nul ici n’ignore que tu […] te tenais avec une arme sur le forum. » (traduction E. Bailly, 1926, CUF)